11 juin 2009 - 11juin 2018 MurtuDo

 

 

 

 

 

11 juin 2009 - 11juin 2018

 

 

 

 

 

Description :Jeudi 11 juin 2009 Nouakchott Le doyen et disciple de Cheikh Anta Diop , le docteur Mamadou Samba Diop, alias " Murtudo" (le révolté en pulaar), décédé le jeudi 11 juin 2009 à Nouakchott, à l'âge de 65 ans, est commémoré aujourd'hui par toute la communauté pulaar de la diaspora. Des émissions spéciales seront consacrées à l'oeuvre de Mamadou Samba Diop. Mamadou Samba Diop était à l’origine de nombreux mouvements et organisations en Mauritanie. Il a également créé un mouvement appelé Union pour le dialogue des cultures pulaar en Mauritanie. Dr Mamadou Samba Diop avait traduit le saint coran en pulaar, mais également tout le programme de chimie de la 6ème à la terminale. Prions pour le repos de son âme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pulaar est aujourd’hui orphelin. Par Mahamadou SY

http://odh-mauritanie.com/9267-sy-mahamadou-le-pulaar-est-aujourd-hui-orphelin.html

 

 

MurtuDo : condoléances   Mohamadou Saidou TOURE

http://odh-mauritanie.com/9270-murtudo-condoleances.html

 

 

Hommage à Mourtoudo par LY Djibril Hamet

http://odh-mauritanie.com/9265-hommage-a-mourtoudo-par-ly-djibril-hamet.html

 

 

 

Hommage à Mourtoudo DIOP. Par Abda WONE

http://odh-mauritanie.com/135-hommage-a-mourtoudo-diop.html

 

 

Haymo yiyaani mbaroodi nani diraango mum. Abdoulaye BA

 

http://odh-mauritanie.com/9269-mourtoudo-diop.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© ODH-Mauritanie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo :Li Jibril Hammee


C’était un ami. Un bon. C’était un militant. Un grand.

 

 

Dr. Mamadou Samba DIOP plus connu par Mourtoudo, son de nom combat, vient detirer sa révérence après de belles années de lutte… jusqu’à son derniersouffle.

Il nous laisse une œuvre gigantesque : des manuscrits tant littéraires quescientifiques. Mais également l’arme de la conviction dans un combat acharné etconstant pour la justice sociale et la concorde nationale.

Nous nous devons de prolonger son entreprise :

- faire éditer et publier ses manuscrits ;

- continuer à enseigner les langues nationales et à œuvrer pour qu’ellesobtiennent un statut de langues officielles, scientifiques et participant audéveloppement de la Mauritanie mais également de l’Afrique et de l’Humanité(c’est bien ainsi qu’il concevait la place des langues africaines) ;

- agir de concert pour que chaque Mauritanien se sente bien chez lui, quellesque soient sa culture, son origine et sa condition sociales ;

- nous mobiliser pour que la grande déchirure sociale que connaît la Mauritaniesoit bien solidement recousue par les soins de tous ses fils, ce qui passenécessairement par une solution juste, complète et définitive du passifhumanitaire et la suppression réelle de l’esclavage ;

- militer pour que les droits humains soient respectés en Mauritanie afin quecette dernière mérite et prenne une place de premier rang dans le concert desnations (il aimait beaucoup la Mauritanie qu’il voulait hisser très haut).

Et pour ce faire, notre devoir est également de promouvoir des structures(stimuler celles qui existent, en créer d’autres) pour perpétuer son œuvre. Surce plan, même si la mise sur pied, la gestion et la pérennisation d’unefondation ne sont pas choses aisées, le projet me semble réaliste etréalisable.

Nous devrions à l’avenir voir attribuer le Prix Mourtoudo (de Poésie,alphabétisation, de Concorde nationale, etc.).

Le départ de Mourtoudo marque une fin de mission. Fin de mission pour lui.Continuation pour d’autres. Commencement pour d’autres encore: la jeunesse. Lepleurer ainsi est la meilleure manière de lui rendre hommage et de servir ceuxqui restent après lui. C’est le aussi meilleur moyen de le garder encore enpermanence parmi nous et de ne pas ressentir son absence définitive etirréversible.

Yo Allah waddu mo e malaa6e! Que le Tout Puissant le fasse cohabiter avec Sesélus.
Aamiin

Li Jibril Hammee


© avomm.com

 

 

 

 

 

 

HOMMAGE A MOURTOUDO DIOP

 

 

 

 

Azrael, l’ange de la mort, aencore frappé à nos portes et cette fois-ci c’est notre patriarche qu’ilemporte. Mamadou Samba Diop alias Murtudo n’est plus. Baaba Lenol estparti. 

C’était inscrit et prescrit dans le calendrier Divin que l’homme allait nousaccompagner, plutôt nous encadrer pour un moment et se retirer ce triste 11juin 2009. 

Natif du Fuuta Tooro, Mourtoudo a eu une vie politique et associative remplie.De la lutte pour les indépendances des années cinquante à la lutte pour uneglobalisation réfléchie, le doyen de l’opposition mauritanienne était présent àtous les fronts. Des villages et autres hameaux perdus du Sahel aux podia desuniversités prestigieuses, en passant par les fora des grandes organisations,Murtudo ne ratait aucune occasion pour faire avancer sa cause, la cause desdéshérités. 

Honnête, courageux et infatigable, Mourtoudo était à la fois nationaliste,panafricaniste et internationaliste. Il portait sur ses frêles épaulesl’héritage culturel et politique de la lutte des indépendances inachevées. Ilfut pour son maître Cheikh Anta Diop, ce que Che Guevara fut pour Léon Trotsky;c'est-à-dire un homme soucieux de l’applicabilité des grandes thèses dupanafricanisme. 

Convaincu que le rôle des intellectuels africains de sa génération est de sedépartir du matraquage politique et intellectuel hérité de la colonisation pourmieux décomplexer nos masses, Mourtoudo s’était retroussé les manches et avaitfait de l’enseignement de nos langues son cheval de bataille. C’est cette constancedans ses convictions qui l’avait poussé à abandonner le luxe des salons et desvoitures rutilantes pour vivre avec les masses africaines. 

C’est cet homme de Dieu, un homme qui a vécu pour la sauvegarde de la dignitéhumaine que nous venons de perdre. 

A toute la famille de Taano Samba Diop de Mbagne, à tous les militants d’uneMauritanie non raciale et démocratique, à tous les panafricanistes et à tousles humanistes, je présente mes condoléances les plus attristées. 


Abda Wone 

+1631 428 7524

 

 

 

 

 

 

MurtuDo : condoléances

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triste   nouvelle quecelle de la disparition de notre doyen MurtuDo Diop qui aura été, jusqu’à son dernier souffle, un combattant inflexiblepour l’égalité politique et culturelle entre tous les Mauritaniens. Sur le planpolitique, il faisait partie de la race de ces hommes exceptionnels qui incarnentun idéal absolu au-dessus des calculs politiciens immédiats.

 

Comme les poètes de la « Pléiade », qui, au XVIème,  réhabilitèrent la langue françaiseface à la prééminence du latin, alors langue savante de l’Europe, MurtuDOcomprit très vite que c’était une erreur de déprécier les langues africaines,lesquelles sont potentiellement susceptibles d’exprimer toutes les nuances dela pensée : ce combat devint celui de toute sa vie, et il le mena avec un dévouementet une abnégation tels, que le nom de Murtudo est devenu synonyme de« pulaar », langue dans laquelle s’exprimait le poète.

 

Murtodo Diop est parti noblement. Honorablement. Généreusement.Dans cette relation de partage avec les autres qui avait quelque chose dechristique : don de soi pour sauver les autres.

 

Puisse Dieu agréer son âme ! Yoo Alla yurmo mo, yaafoomo, haarna mo aljanna ! Yoo barke makko heddo e Besngu makko, heddoo emeeDen ! Aamiin !

 

"M ohamadou saidou TOURE"

 

 Mohamadou Saidou TOURE, Vendredi 11 Juillet 2008

 

 

 

Cher maître.

 

Je suis impressionné par votre énergie intarissable, celle du militant hors pair,  qui, à un âge où beaucoup d’hommes aspirent naturellement au repos, a pris le parti, plus déterminé que jamais, de défendre les langues nationales, un combat dont il fut un des pionniers. C’est tout à votre honneur, doyen !

 

 Petit, j’entendais, sur les ondes de Radio Mauritanie, -sauf si ma mémoire défectueuse me trompe- votre voix grave entonner « Gawlo miskineeBe », « griot des pauvres », poème dédié aux gueux, aux pouilleux, aux infortunés de la vie, dont le sort n’émeut guère la "haute" société nantie et individualiste ; mais, mises à part ces bribes erratiques distillées autrefois par la radio, que sait-on aujourd’hui de la poésie de MurtuDo ? Presque rien. C’est bien triste pour le « Dubellay » (poète qui défendit le français au XVIème siècle) des Lettres pulaar !les stations de radio pulaar diffusent, à longueur de journée, de la poésie. On entend de grands noms et de moins connus ; mais, point la voix du Maître, dont beaucoup d’auditeurs ignorent le timbre.

 

Vous m’aviez promis un de vos livres, lors d’une conférence, à votre initiative, de l’opposition mauritanienne en France. Mes nombreux mails pour vous relancer s’étaient avérés infructueux…

 

 C’est bien plus tard, miraculeusement, par un heureux hasard, que j’ai pu mettre la main sur un de vos livres : « En caltiima » (« Désormais, nous disons « non »), recueil de poèmes engagé, s’il en est,  publié par Binndi e jannde. Le second livre dont je dispose, « Wullaango Boolumbal » («Cri de détresse de l’aigle ») est une toute nouvelle acquisition, lors d’un séjour récent au Sénégal qui m’a permis de me rendre chez votre éditeur, ARED.

 

 Il me semble que vous ne vous préoccupez assez de la diffusion de vos livres. A l’ère d’Internet, ils méritent pourtant une plus grande vulgarisation.

Salutations respectueuses, Doyen !

 

Mohamadou Saidou TOURE, Vendredi 11 Juillet 2008  (message privé adressé à feu Murtudo)

 

 

 

 

 

 

 

Re : [flamnet] LE PASSIF HUMANITAIRE AU COEUR DE LA RESOLUTION DES EURODEPUTES

Jeudi 11 Septembre 2008 16h55mn 03s

De:

Cet expéditeur a été certifiéDomainKeys.

Afficher les détails du contact

À:

Mourtoudo@yahoo.com, "Mohamadou Saidou TOURE"

Ceerno

Ko adii fof, yoo Bataake-am tawe dow jam e cellal. miDo sunii e geDel gootel: ko mbinnduDaa koo, a yaajnaani Dum, Dum fof e waawde newanaade neDDo mawDo bayDo no mbay-Daa nii.
 Hannde ko aan woni mawDo kala biDtoowo e kala winndiyaNke demgal pulaar.Kono ko seeDa yalti e defte maa.
TiiDno, waD feere defte maa fof njlta: ko nafoore lenyol ngol, ko sokla kala kiranoowo pulaar.
Mi etinooma jotondirde e maa, gila aDa woni Farayse. Kala ne mbinndunoo-mi DEKAALEM, artii e am, tawa yettaaki ma. MiDo jogii defte maa DiDi, jime pulaar. Sinno ko sago am, mi danya ko heddii koo.
Yoo Alla waD koorka men koorka jaBaaka! Yoo Alla Booy waDde-ma mawDo jeese amen! Aamiin!

(posting privé adressé à MurtuDo)

--- En date de : Jeu 11.9.08, Mourtoudo@yahoo.com a écrit :

De: Mourtoudo@yahoo.com
Objet: [flamnet] LE PASSIF HUMANITAIRE AU COEUR DE LA RESOLUTION DES EURODEPUTES
À: flamnet@yahoogroupes.fr
Date: Jeudi 11 Septembre 2008, 15h46

LE PASSIF HUMANITAIRE AU COEUR DE

LA RESOLUTION DES EURODEPUTES

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Août 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Kofi Annan, une vie pour les Nations unies https://t.co/HsNfC8WSEQ https://t.co/sFn4qAnJ4r
le 19/08/2018
RT @lemondefr: Sa rage est intacte, il le prouve avec « BlacKKKlansman ». Portrait du réalisateur Spike Lee, infatigable militant de la cau?
le 19/08/2018
RT @fhollande: Kofi Annan était un infatigable défenseur de la paix. Il l?a montré tout au long de sa vie au sein de l?ONU. Convaincu de la?
le 19/08/2018
Koffi ANAN est décédé à Berne ce samedi 18 aôut 2018 https://t.co/HsNfC8WSEQ https://t.co/RQyvXGMjeE
le 18/08/2018
Israël : Netanyahu entendu par la police enquêtant pour corruption https://t.co/t3LPdSEYUs https://t.co/9iKNNasaAz
le 18/08/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • quel est le meilleur viagra cialis ou levitra generic cialis coupons 2018 cialis over the counter thailand map cialis cost

    par Steevenug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 595

    Météo

    Dimanche

    min. 18 °

    max. 29 °

    Ciel dégagé

    Lundi

    min. 16 °

    max. 27 °

    Couvert

    Mardi

    min. 16 °

    max. 28 °

    Partiellement nuageux