Mali : Paris se prépare à soutenir une intervention africaine dans le nord

 

 

Mali : Paris se prépare à soutenir une intervention africaine dans le nord

PARIS (AFP) - 10.11.2012 13:29 - Par Dominique CHABROL

 

La France et ses alliés européens se préparent à soutenir une intervention armée africaine dans le nord du Mali, que l'accélération du calendrier diplomatique rend de plus en plus crédible. Sans "troupes au sol", mais avec d'importants moyens techniques et de renseignement déployés au Sahel.

voir le zoom : Des combattants du groupe islamiste Ansar Dine à Kidal, le 7 août 2012 dans le nord du MaliDes combattants du groupe islamiste Ansar Dine à Kidal, le 7 août 2012 dans le nord du Mali
AFP/Archives - Romaric Ollo Hien
 
voir le zoom : Réunion des chefs d'état-major des Etats d'Afrique de l'Ouest sur le Mali, le 6 novembre 2012 à BamakoRéunion des chefs d'état-major des Etats d'Afrique de l'Ouest sur le Mali, le 6 novembre 2012 à Bamako
AFP/Archives - Habibou Kouyate

La France et ses alliés européens se préparent à soutenir une intervention armée africaine dans le nord du Mali, que l'accélération du calendrier diplomatique rend de plus en plus crédible. Sans "troupes au sol", mais avec d'importants moyens techniques et de renseignement déployés au Sahel.

Dimanche, les chefs d'Etat ouest-africains doivent se réunir à Abuja (Nigeria) pour approuver les modalités d'une intervention au Mali.

Jeudi, ce sont les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de cinq pays européens (France, Allemagne, Pologne, Espagne, Italie) qui discuteront à Paris d'une mission européenne d'entraînement des forces africaines, qui pourrait mobiliser 200 militaires, encadrés par des "éléments de protection".

Après la parenthèse électorale américaine, le processus devrait repartir de plus belle. Washington, qui a longtemps traîné les pieds, a affiché ces dernières semaines sa détermination à en finir avec les islamistes qui occupent le nord Mali, et le soutien américain à une opération africaine semble acquis.

Selon les spécialistes de défense, la France, qui se veut leader dans cette affaire, aide depuis plusieurs mois les pays de l'Afrique de l'ouest (Cedeao) à planifier une opération qui devra ensuite être soumise à l'ONU.

Officiellement, les soldats français et des autres pays européens ne participeront pas aux combats. "Il n'y aura pas de troupes au sol", mais "un soutien logistique", répète le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Si Paris s'affirme résolu à avancer, côté militaire c'est la plus grande discrétion. Mais la préparation de l'opération a débuté il y a plusieurs mois.

Des hommes des Forces spéciales (FS) françaises sont présents dans la zone sahélienne depuis plus de deux ans et les premières prises d'otages français. En janvier 2011, ils avaient été en mesure d'intervenir en quelques heures pour tenter de libérer deux jeunes Français enlevés au Niger. Une course-poursuite avec les ravisseurs qui s'était soldée par la mort des deux otages.

L'opération des Forces spéciales françaises au Sahel a été baptisée du nom de code "Sabre", indique-t-on dans les milieux militaires.

L'appellation énigmatique Forces spéciales désigne des unités particulièrement entraînées et surtout équipées de l'armement et des moyens de renseignement les plus pointus. Compte tenu des effectifs limités qui sont envisagés - 200 formateurs et leur protection -, les FS des pays concernés devraient fournir l'essentiel de la mission européenne d'entraînement des forces africaines, qui compteraient pour leur part autour de 3.000 hommes.

L'efficacité des Forces spéciales étant basée sur la discrétion et leurs capacités à se "prépositionner", les éléments semblent en place pour préparer une éventuelle opération africaine.

Le succès du dispositif passe par une parfaite connaissance de l'adversaire, les 5.000 à 6.000 djihadistes répartis dans le nord Mali, et de ses déplacements.

La France dispose de deux drones Harfang - des appareils de surveillance sans pilote non armés - rapatriés récemment d'Afghanistan. Interrogée à ce sujet, la défense a toutefois assuré fin octobre qu'il n'y avait "pas de drones dans la zone sahélienne".

C'est dans ce domaine que le soutien américain s'avèrerait essentiel. Les Etats-Unis disposent en effet de moyens de surveillance satellitaires de la zone. Et, selon la presse américaine, les autorités américaines réfléchissaient le mois dernier à de possibles bombardements de drones dans le nord du Mali contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

 

© 2012 AFP


  • PARIS (AFP) - 10.11.2012 13:29 - Par Dominique CHABROL
  • 0 Réaction
  • 02/11/2012

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Dopage : malgré les critiques, l'AMA lève ses sanctions contre la Russie https://t.co/dX1d3XEB7o
le 20/09/2018
Examen préliminaire de la CPI sur la déportation présumée des Rohingyas de Birmanie https://t.co/cvSC5srQ1e https://t.co/Qsw9HBSkyN
le 18/09/2018
CPI : la justice internationale confirme la peine du Congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation de témoins? https://t.co/LDXamiAdb1
le 17/09/2018
Elections en Mauritanie : peu d'affluence dans les bureaux de vote https://t.co/LqVF26RZPL https://t.co/Ybulu5t1FU
le 16/09/2018
Le président de la CENI tranche en faveur des leaders de l'opposition : ils peuvent visiter les bureaux de vote de? https://t.co/1Ylci8ibf0
le 15/09/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 1

    Météo

    Samedi

    min. 15 °

    max. 18 °

    Risque de pluie

    Dimanche

    min. 8 °

    max. 23 °

    Risque d'orage

    Lundi

    min. 6 °

    max. 17 °

    Ciel dégagé