Centrafrique : les rebelles à quelques kilomètres de Bangui

 

 

Centrafrique : les rebelles à quelques kilomètres de Bangui

 

 


PARIS - Les rebelles centrafricains ne seraient plus qu'à quelques kilomètres de Bangui, a indiqué vendredi le ministère français des Affaires étrangères, en appelant toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter les populations civiles.

Selon nos informations, les rebelles de la Séléka ne seraient plus qu'à quelques kilomètres de Bangui. Nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter les populations civiles, a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Philippe Lalliot.

Un message d'alerte a été adressé à nos compatriotes les invitant à restreindre leurs déplacements. Les Français sont invités à être attentifs aux messages communiqués par notre ambassade. Les dispositions relatives à leur protection seront adaptées en fonction de l'évolution des événements, a-t-il ajouté.

Un millier de Français, dont un tiers de binationaux, résident en Centrafrique, selon le Quai d'Orsay.

Quelque 250 militaires français sont actuellement stationnés dans le pays, selon la même source. Mais lors de la précédente offensive rebelle en janvier, le président français François Hollande avait précisé qu'ils n'étaient là que pour défendre les ressortissants et intérêts français.

Dimanche, la rébellion avait donné 72 heures au pouvoir pour respecter les accords de Libreville, signés le 11 janvier dernier.

Parmi les points d'achoppement figurent la libération de prisonniers politiques, la présence des troupes sud-africaines et ougandaises dans le pays et l'intégration des combattants Séléka dans l'armée.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait se réunir à partir de 19H00 GMT vendredi pour évoquer la situation.


(©AFP / 22 mars 2013 21h01)


 


Les réactions

  • Avatar
    O.D.H Nouvelles

    Le 23/03/2013 à 01:23:54

    Centrafrique : l'avancée des rebelles suscite une vive inquiétude à l'ONU


    NEW YORK (Nations unies) - Le Conseil de sécurité des Nations unies a exprimé vendredi sa vive inquiétude face à l'avancée des rebelles de la Séléka en Centrafrique, et estimé que ceux qui étaient accusés d'exécutions ou de viols devaient être tenus reponsables.

    Dans un communiqué publié après une réunion d'urgence convoquée à la demande la France, le Conseil de sécurité a exprimé une vive inquiétude suite à des informations faisant état de l'avancée de groupes armés près de la ville de Bangui et de ses conséquences humanitaires.

    Les membres du Conseil de sécurité condamnent toutes les tentatives visant à ébranler la stabilité de la république de Centrafrique.

    Des responsables de l'ONU ont prévenu que les exécutions sommaires et les abus en matière de droits de l'Homme se généralisaient à mesure que les tensions s'intensifiaient entre les rebelles et le président Francois Bozize.

    Les 15 pays du Conseil ont souligné que les personnes responsables d'abus, y compris de violences contre des civils, de torture, d'exécutions sommaires, de violences sexuelles ou contre des femmes, ou de recrutement d'enfants-soldats devaient être tenus responsables. La Centrafrique est membre de la Cour pénale internationale (CPI), qui juge les crimes de guerre.

    Le Conseil a déjà appelé cette semaine les deux parties à respecter les accords de Libreville du 11 janvier 2013, qui avaient stoppé une précédente offensive de rebelles contre Bangui.

    Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a aussi appelé la Séléka à cesser immédiatement son offensive militaire et à respecter les accords de Libreville, a rapporté son porte-parole Martin Nesirky.

    M. Ban réitère sa ferme conviction que l'usage de la violence et de la force militaire ne mèneront qu'à plus de souffrances et d'instabilité, a-t-il ajouté.

    Les rebelles de la Séléka affirment être aux portes de la capitale Bangui, qui est protégée par une force militaire africaine.

    Dimanche, la Séléka avait donné 72 heures au pouvoir pour respecter les accords de Libreville. Parmi les points d'achoppement figurent la libération de prisonniers politiques, la présence des troupes sud-africaines et ougandaises dans le pays et l'intégration des combattants Séléka dans l'armée.


    (©AFP / 23 mars 2013 00h50)

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Juillet 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Le FONADH dénonce des man?uvres contre la constitution https://t.co/YXHXnzvYsu https://t.co/qoPgIpmbot
le 24/07/2017
En Libye, la France et l'Italie ne peuvent rien faire l'une sans l'autre https://t.co/kQuilXU8zC https://t.co/a8HElkXams
le 24/07/2017
Nouvelles d?ailleurs : Psittacins, psittacistes, Trarza, Brakna, referendum et mandats? https://t.co/U9XBX7NFKZ https://t.co/UpnSG5iwcn
le 24/07/2017
Mais où est l?opposition ? @abdellah_ely https://t.co/v7PxCUk8hC
le 24/07/2017
Côte d'Ivoire : tirs provenant de l'école de police à Abidjan (journaliste AFP) https://t.co/ViZCtGfmIG
le 20/07/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5902)

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 1

    Météo

    Mardi

    min. 13 °

    max. 23 °

    Risque de pluie

    Mercredi

    min. 17 °

    max. 26 °

    Nuageux

    Jeudi

    min. 14 °

    max. 23 °

    Risque de pluie