Mali : combats dans le nord entre rébellion touareg et armée

 

 

 

 

Mali : combats dans le nord entre rébellion touareg et armée

BAMAKO (AFP) - 05.06.2013 17:25 - Par Ahamadou CISSE

Des combats meurtriers ont opposé mercredi dans le nord du Mali des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad à l'armée malienne qui entend reprendre la ville de Kidal, occupée depuis fin janvier par le MNLA, accusé de "racisme" contre ses habitants noirs.

voir le zoom : Photo prise le 27 mai 2013 d'un soldat malien patrouillant dans les rues de Kidal

 

Photo prise le 27 mai 2013 d'un soldat malien patrouillant dans les rues de Kidal
afp.com - Kambou Sia

 

 

 

 
voir le zoom : Le vice-président du MNLA Mahamadou Djeri Maiga, pose le 5 juin 2013 à Ouagadougou
 
 
Le vice-président du MNLA Mahamadou Djeri Maiga, pose le 5 juin 2013 à Ouagadougou
afp.com - Ahmed Ouoba
 
 
voir le zoom : Le président de la République François Hollande accueille le président du Sénégal, Macky Sall, le 5 juin 2013 à l'Elysée
 
Le président de la République François Hollande accueille le président du Sénégal, Macky Sall, le 5 juin 2013 à l'Elysée
afp.com - Lionel Bonaventure
 
 

Des combats meurtriers ont opposé mercredi dans le nord du Mali des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad à l'armée malienne qui entend reprendre la ville de Kidal, occupée depuis fin janvier par le MNLA, accusé de "racisme" contre ses habitants noirs.

La France, ex-puissance coloniale engagée militairement au Mali depuis janvier, a appelé les "groupes armés" du Nord à "déposer les armes". Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a déclaré à des médias à Paris que "le pouvoir malien demande l'intégrité du Mali et il a raison".

"Nos troupes ont eu des accrochages dans la zone d'Anefis", à une centaine de km au sud de Kidal, avec "des bandits armés" a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga. Il y a "dix morts" et "28 prisonniers" dans les rangs du MNLA, selon lui.

Le colonel Didier Dacko, chef des opérations militaires dans le Nord, a affirmé que l'armée "a enregistré deux blessés".

Ce bilan est contesté par le MNLA qui a dénoncé "l'agression" de l'armée malienne qui ne veut pas "la paix".

"Pour le moment, on a enregistré, pour un bilan très provisoire, un mort et trois blessés de notre côté et on a explosé plusieurs véhicules maliens avec des militaires à l'intérieur. Il y a une douzaine de Maliens qui ont été faits prisonniers", a affirmé le porte-parole du MNLA, Mossa Ag Attaher.

Anefis, localité du nord-est du Mali située à 200 km au nord de Gao, la plus grande ville de la région, est sous contrôle de l'armée, selon le colonel Dacko, ce qu'a confirmé le MNLA en parlant "de retrait stratégique".

"L'armée malienne a attaqué nos positions ce (mercredi) matin à Anefis, elle a décidé de régler la situation par la guerre et le gouvernement malien assumera toutes les conséquences", a déclaré à l'AFP Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA.

Il parlait depuis Ouagadougou où il se trouve pour des négociations avec Tiébilé Dramé, émissaire du régime de transition malien, sous l'égide de la médiation burkinabè.

"Nous n'avons jamais voulu régler la situation par la guerre mais, comme c'est ainsi, nous allons nous défendre jusqu'au bout", a-t-il ajouté, demandant "une fois de plus au médiateur d'amener les autorités de Bamako à la raison".

Il a indiqué que son mouvement allait demander à "toutes" ses unités "d'avancer sur toutes les positions de l'armée malienne dans le territoire de l'Azawad", le nom donné par la rébellion touareg au nord du Mali.

Le MNLA demande la neutralité des armées étrangères

Il demande aussi aux "forces étrangères" de rester "neutres" et de les "laisser avec l'armée malienne".

Les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, qui ont occupé le nord du Mali pendant presque toute l'année 2012, en ont été en grande partie chassés par l'intervention, depuis janvier 2013, de l'armée française et des armées africaines toujours présentes sur le terrain.

Les armées africaines doivent être intégrées à terme au sein d'une force de l'ONU de quelque 12.000 hommes, qui doit théoriquement commencer à se déployer au Mali à partir du 1er juillet.

Le MNLA, qui occupe Kidal depuis le départ des islamistes armés chassés par l'intervention française, refuse depuis la présence de l'armée et de l'administration maliennes dans la ville, compromettant la tenue dans tout le pays du premier tour de l'élection présidentielle du 28 juillet.

"Les élections se tiendront à la date prévue dans tout le Mali, dans toutes les villes du Mali, et donc à Kidal, comme partout au Mali", a une nouvelle fois rappelé mercredi le président français François Hollande,

Environ 200 soldats français, dont l'intervention a permis le retour de la rébellion touareg à Kidal avec laquelle ils collaborent, restent stationnés à l'aéroport de la ville.

L'armée française "observe tout ça", a dit Laurent Fabius en récusant toute "collusion" avec le MNLA.

Une source sécuritaire régionale jointe par l'AFP mercredi en début d'après-midi a indiqué qu'"un bataillon de l'armée malienne" était "à environ 35 km de Kidal", ce que n'a pas confirmé par l'armée malienne.

"Pour le moment il n'a pas été décidé à ma connaissance d'aller vers Kidal", a indiqué M. Fabius en parlant de l'armée malienne.

Une armée dont le porte-parole avait annoncé mardi qu'elle avait pris position à Anefis et sa région pour reconquérir Kidal où le MNLA a procédé à l'arrestation et à l'expulsion vers Gao de plusieurs dizaines de membres des communautés noires, accusés d'être des "agents" de Bamako.

Le gouvernement malien de transition a qualifié ces arrestations et expulsions de véritable "épuration raciale".

Les profondes divisions ethniques entres les communautés noires du Mali, majoritaires, et les "peaux rouges" comprenant des communautés touareg et arabe notamment, ont été exacerbées par l'occupation jihadiste du Nord en 2012, Touareg et Arabes étant souvent assimilés à des islamistes.

 

© 2013 AFP

 

  • BAMAKO (AFP) - 05.06.2013 17:25 - Par Ahamadou CISSE
  • 0 Réaction
  • 06/06/2013

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Juillet 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Nouvelles d?ailleurs : Psittacins, psittacistes, Trarza, Brakna, referendum et mandats? https://t.co/U9XBX7NFKZ https://t.co/UpnSG5iwcn
le 24/07/2017
Mais où est l?opposition ? @abdellah_ely https://t.co/v7PxCUk8hC
le 24/07/2017
Côte d'Ivoire : tirs provenant de l'école de police à Abidjan (journaliste AFP) https://t.co/ViZCtGfmIG
le 20/07/2017
Côte d'Ivoire/mutineries : l'influent Hamed Bakayoko nommé ministre de la Défense https://t.co/ViZCtGfmIG https://t.co/KjG46MlpFd
le 20/07/2017
RT @cheikhAdara: Référendum constitutionnel : le brasier de la majorité et les étincelles de l?opposition:https://t.co/LPIBEGICQe
le 19/07/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 5

    Météo

    Lundi

    min. 15 °

    max. 22 °

    Risque de pluie

    Mardi

    min. 13 °

    max. 23 °

    Risque de pluie

    Mercredi

    min. 17 °

    max. 25 °

    Nuageux