Mali : Bamako célèbre son président, le pays lié à ses alliés

 

 

 

 

Mali : Bamako célèbre son président, le pays lié à ses alliés "par le sang"

 

 

Bamako (AFP) - 19.09.2013 16:40 - Par Serge DANIEL, Sabine WIBAUX

 

 

Le nouveau président malien a fêté jeudi devant près de 50.000 personnes à Bamako le début de son mandat, reconnaissant la dette "d'honneur et de sang" du Mali envers ses alliés français et africains qui ont balayé les islamistes dans le nord du pays.

 

 

 

Les présidents français François Hollande (gauche) et malien Ibrahim Boubacar Keita lors de sa cérémonie d'investiture à Bamako, le 19 septembre 2013
afp.com -

 

 

Le nouveau président malien a fêté jeudi devant près de 50.000 personnes à Bamako le début de son mandat, reconnaissant la dette "d'honneur et de sang" du Mali envers ses alliés français et africains qui ont balayé les islamistes dans le nord du pays.

Elu en août dernier et après sa prestation de serment le 4 septembre, Ibrahim Boubacar Keïta a été officiellement investi au cours d'une cérémonie "populaire" et festive dans un Stade du 26 mars plein à craquer.

Devant ses invités, le président français François Hollande et une vingtaine d'autres chefs d'Etat africains, M. Keïta a remercié les pays ayant participé à l'offensive lancée en février contre les groupes islamistes qui occupaient le nord du Mali.

 

 

 

Le roi du Maroc accueilli par Ibrahim Boubacar Keita à son arrivée le 18 septembre 2013 à l'aéroport de Bamako
afp.com - Habibou Kouyate

 

 

 

Bamako est désormais lié à ces alliés par "un pacte d'honneur et un pacte de sang", a-t-il lancé, réitérant les engagements pris lors de sa prestation de serment d'oeuvrer en faveur de la réconciliation, de la bonne gouvernance, et de lutter contre la corruption.

"Nous avons gagné cette guerre!", a déclaré pour sa part le président Hollande, arrivé à la mi-journée à Bamako. "Nous sommes à son aboutissement, car c'est une victoire, une grande victoire pour le Mali que nous fêtons aujourd'hui", a-t-il estimé.

"Aujourd'hui, le Mali a pris son destin en main, il a choisi son président", a-t-il ajouté, assurant que Paris "restera aux côtés du Mali" tant qu'il sera menacée et l'accompagnera vers la réconciliation et le renouveau économique.

 

 

"La gangrène demeure et peut revenir"

 

 

La France a été le fer de lance d'une intervention militaire internationale toujours en cours, ayant permis de chasser du Nord malien les groupes jihadistes qui ont occupé cette région pendant plusieurs mois en 2012.

Parmi les chefs d'Etat présents jeudi à Bamako, figuraient le Tchadien Idriss Deby Itno, dont les troupes (2.000 hommes) ont été, avec les Français, en première ligne dans les combats violents contre les jihadistes; l'Ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao); et le roi Mohammed VI du Maroc, qui se déplace rarement pour ce genre d'évènement.

Tous trois se sont exprimés à la tribune et ont félicité M. Keïta pour son élection, l'encourageant face à l'ampleur de sa mission.

 

 

"Entre les cuisses d'un éléphant"

 

 

M. Deby Itno a lui aussi estimé que son pays est désormais lié au Mali par "un pacte de sang", alors qu'au moins 38 soldats tchadiens sont morts au combat contre les islamistes.

Les "terroristes" ont été vaincus, "mais la gangrène demeure et peut revenir à tout moment", a-t-il mis en garde.

Pour Mohammed VI, dont les déplacements sont rares sur le continent, le Mali a traversé la crise et organisé une présidentielle avec succès, donnant "la réponse la plus judicieuse aux errances (...) des radicaux et extrémistes de tous bords".

Profitant de son séjour de quelques heures au Mali, François Hollande et plusieurs de ses homologues africains se réuniront pour un mini-sommet sur la Centrafrique, pays qui sombre inexorablement dans le chaos depuis la prise du pouvoir par la coalition rebelle du Séléka en mars dernier.

 

 

La Centrafrique en invité surprise

 

 

La France veut à cette occasion "encourager" le Tchad, le Gabon et le Cameroun -principaux contributeurs de la force actuellement en cours de déploiement en Centrafrique sous l'égide de l'Union africaine-, selon l'entourage du président français. L'idée est de "permettre à cette force de s'appuyer sur une résolution du Conseil de sécurité", a-t-on ajouté de même source.

Cette fête en grande pompe est perçue par beaucoup de Maliens comme une manière de rendre hommage "en terre malienne" à François Hollande pour l'engagement militaire français qui, selon certains d'entre eux, les a "extraits d'entre les cuisses d'un éléphant".

Au plus fort de son opération baptisée Serval, la France a déployé jusqu'à 4.500 militaires au Mali. Elle y compte aujourd'hui environ 3.200 hommes et prévoit de réduire ce nombre à un millier à la fin de l'année.

Un allègement du dispositif français qui suscitait quelques craintes dans certains milieux au Mali, où la sécurité est un des défis des nouvelles autorités maliennes, avec en toile de fond les velléités autonomistes des Touareg.

Anciennement alliés aux groupes islamistes, leur offensive éclair contre l'armée en janvier 2012 dans le nord du pays avait ouvert la voie à la crise.

En plus de la réconciliation nationale, les nouvelles autorités devront également redresser le pays dont l'économie a été ruinée par la crise, pouvant compter en cela sur l'aide de la communauté internationale qui a promis en mai au Mali une aide massive de 3,2 milliards d'euros.

Autre mission en vue: l'organisation d'élections législatives, fixées cette semaine par le gouvernement à novembre et décembre, décision contestée par des partis qui ont dénoncé une absence de concertation.

 
 

© 2013 AFP

 

 


  • Bamako (AFP) - 19.09.2013 16:40 - Par Serge DANIEL, Sabine WIBAUX
  • 0 Réaction
  • 19/09/2013

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Examen préliminaire de la CPI sur la déportation présumée des Rohingyas de Birmanie https://t.co/cvSC5srQ1e https://t.co/Qsw9HBSkyN
le 18/09/2018
CPI : la justice internationale confirme la peine du Congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation de témoins? https://t.co/LDXamiAdb1
le 17/09/2018
Elections en Mauritanie : peu d'affluence dans les bureaux de vote https://t.co/LqVF26RZPL https://t.co/Ybulu5t1FU
le 16/09/2018
Le président de la CENI tranche en faveur des leaders de l'opposition : ils peuvent visiter les bureaux de vote de? https://t.co/1Ylci8ibf0
le 15/09/2018
RT @aliounetine16: Si ns voulons léguer aux futures générations un continent où les vivants, les humains, les animaux, les végétaux, les ma?
le 15/09/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 25

    Météo

    Mercredi

    min. 15 °

    max. 26 °

    Partiellement nuageux

    Jeudi

    min. 18 °

    max. 27 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 10 °

    max. 19 °

    Risque de pluie