Bangui : des blindés français ont pris position près du palais présidentiel

 

 

 

 

Bangui : des blindés français ont pris position près du palais présidentiel

 

 

 


BANGUI - Au moins quatre blindés français de type Sagaie ont pris position vendredi en début d'après-midi près du palais présidentiel à Bangui, après la démission annoncée à N'Djamena du président centrafricain Michel Djotodia, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le camp De Roux, où est cantonnée la garde de M. Djotodia depuis le début de l'opération française Sangaris le 5 décembre, se trouve non loin du palais présidentiel et de nombreuses armes lourdes y sont entreposées.

Les forces françaises et les détachements de la force africaine (Misca) étaient également très visibles en ville dans l'après-midi.

Le président Djotodia, accusé par la communauté internationale de passivité face aux violences interreligieuses dans son pays, a démissionné vendredi à N'Djamena sous la pression des dirigeants d'Afrique centrale qui l'y avaient convoqué pour un sommet extraordinaire.

Dès que la nouvelle de la démission du président Djotodia est parvenue à Bangui, les principaux boulevards de la ville se sont vidés et sont restés déserts, témoignant de la peur persistant.

Au camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko, où son massées 100.000 personnes, majoritairement chrétiennes, venues se placer sous la protection de l'armée française, certains retrouvaient espoir, comme Tertus Ngoutou: je suis très fier de la France et du Tchad. (le président tchadien) Idriss Déby s'est ressaisi. J'espère que dès ce soir on pourra de nouveau coexister avec les musulmans, ajoutait-t-il, se disant déterminé à rentrer chez lui avant dimanche.

D'autres demeuraient méfiants. Il n'y a pas encore la paix. On n'est pas rassuré. Il faut que les Séléka soient tous désarmés, demandait Jean Sisa.

Plusieurs milliers d'habitants de Bangui avaient manifesté vendredi matin, avant la démission de Michel Djotodia, contre son retour en Centrafrique.

Aux cris de Djotodia démission, les manifestants étaient massés aux abords du quartier de Boy-Rabe, non loin de l'aéroport, sous la surveillance de soldats français et de la Misca.

Nous voulons la démission de Djotodia. Il nous faut une nouvelle personne pour diriger le pays, réclamait un manifestant. Ce petit maladroit nous a tués, massacrés. Qu'il reste à N'Djamena, disait un autre, prénommé Thibault.

Depuis le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka, dirigée par M. Djotodia, la Centrafrique a été emportée dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses, qui ont provoqué des déplacements massifs de populations et uen crise humanitaire sans précédent dans le pays.


(©AFP / 10 janvier 2014 14h53)

 

 

 

 Le président Djotodia présentera sa démission jeud  

 

 

......   Le président centrafricain par intérim Michel Djotodia présentera jeudi sa démission, ont indiqué mercredi des sources à Bangui et Paris. Il aurait cédé à la pression de ses pairs africains afin de faciliter une sortie de crise. Son départ sera entériné lors d'une réunion au sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEDEAO) convoquée à N'Djamena, au Tchad, ont ajouté ces sources. "C'est terminé pour lui maintenant", . ........

 

 

Lire la suite  >>>

 

 

 


  • BANGUI - (©AFP / 10 janvier 2014 14h53)
  • 1 Réaction
  • 10/01/2014
  • Afrique

Les réactions

  • Avatar
    Nouvelles O.D.H

    Le 10/01/2014 à 20:27:43

    Centrafrique : accord de principe pour une opération de l'UE


    BRUXELLES - Les représentants des pays de l'Union européenne ont donné vendredi leur accord de principe au lancement d'une mission militaire européenne pour soutenir les interventions française et africaine en Centrafrique, a-t-on appris de sources diplomatiques.

    Réunis à Bruxelles, les ambassadeurs chargés des questions de sécurité auprès de l'UE ont approuvé le projet présenté par le service diplomatique de l'Union, comme l'avait souhaité le président français François Hollande en décembre.

    Ils ont donné leur préférence à l'option prévoyant le déploiement de soldats européens à Bangui, où ils pourraient assurer des patrouilles et sécuriser la zone sensible de l'aéroport, à proximité duquel est implanté un grand camp de déplacés, a-t-on précisé de mêmes sources.

    L'autre option présentée par les experts de l'UE était d'assurer la sécurité de l'axe routier stratégique menant de Bangui au Cameroun.

    Les discussions sur la planification vont se poursuivre au niveau des délégations des 28 la semaine prochaine, avant que les ministres des Affaires étrangères ne soient appelés à trancher au cours d'une réunion prévue le 20 janvier à Bruxelles.

    Les pays volontaires devront notamment annoncer combien de soldats ils sont prêts à envoyer à Bangui assez rapidement après l'accord, selon un diplomate.

    Pour les experts de l'UE, il serait nécessaire de déployer l'équivalent d'un bataillon, soit plus de 600 hommes, avec un équipement adéquat, dont des hélicoptères, des moyens de renseignement et médicaux.

    Les pays européens ont jusqu'à présent apporté un soutien politique à l'intervention française, mais sans annoncer d'engagements concrets importants en dehors d'un appui logistique de la part du Royaume-Uni, de la Pologne ou de l'Allemagne.

    La Belgique a ainsi fait savoir qu'elle allait mettre un avion de transport tactique C-130 Hercules à la disposition de l'opération française Sangaris à partir du 20 janvier.

    Une équipe de 35 militaires belges sera détachée pour assurer les liaisons entre Libreville et Bangui, et à l'intérieur de la Centrafrique. Il pourra également transporter du matériel de la Mission de l'Union africaine en Centrafrique (Misca).

    Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a précisé cette semaine que son pays était prêt à aller plus loin mais uniquement dans un cadre européen.

    La situation à Bangui était vendredi soir tendue mais sous contrôle, selon une source militaire française, quelques heures après l'annonce de la démission du président Michel Djotodia.


    (©AFP / 10 janvier 2014 19h46)

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Mai 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Adolf Hitler s'est probablement suicidé avec du cyanure et une balle dans la tête https://t.co/IE4jSjI5LJ
le 20/05/2018
Mauritanie : Human Rights Wach recommande la révision des lois " liberticides " (Interview) https://t.co/bRMokMDyie https://t.co/KpiX5VgUb0
le 18/05/2018
RT @PRJeanPing: Je souhaite à tous mes compatriotes musulmans ainsi qu'à tous les musulmans du monde un excellent début de #Ramadan https:/?
le 18/05/2018
RT @lemondefr: Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive https://t.co/DTjFXYAyFq
le 18/05/2018
RT @Abdoulsoumare: Un être sincère nous a quitté. Que l'au-delà lui soit infiniment meilleur Aamiin https://t.co/NboQDAYsoh
le 18/05/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • online pharmacy canada levitra levitra generika 20mg eteamz.active.com file levitra.html link pharmacyonline phentermine cheap levitra generic levitra patent deutschland

    par Robertnug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 1264

    Météo

    Dimanche

    min. 12 °

    max. 23 °

    Ciel dégagé

    Lundi

    min. 13 °

    max. 24 °

    Partiellement nuageux

    Mardi

    min. 13 °

    max. 26 °

    Risque d'orage