Démission du président Djotodia : liesse à Bangui

 

 

Démission du président Djotodia : liesse à Bangui

 

 

 

Accusé de passivité face aux tueries interreligieuses, le président centrafricain Michel Djotodia a démissionné vendredi, tout comme son Premier ministre. Des habitants de Bangui ont aussitôt laissé éclater leur joie. Des élections sont prévues à fin 2014.

Michel Djotodia a cédé. L'ancien chef de la coalition rebelle Séléka a été mis sous pression par les dirigeants d'Afrique centrale qui l'avaient convoqué jeudi pour un sommet extraordinaire à N'Djamena, au Tchad.

Son Premier ministre, Nicolas Tiangaye, a aussi quitté ses fonctions. Tous deux entretenaient des relations notoirement mauvaises, contribuant à paralyser toute action publique face aux tueries à grande échelle en Centrafrique.

Michel Djotodia était président par intérim depuis avril dernier. Il était notamment accusé par les habitants chrétiens de Bangui d'avoir laissé les ex-rebelles, majoritairement musulmans, se livrer à des pillages et à des exactions après leur conquête du pays l'an dernier.

Les violences ont fait plusieurs centaines de morts et provoqué le déplacement de plus de 900'000 personnes. Elles ont incité la France à intervenir avec l'envoi de la force Sangaris à partir du 5 décembre.

 

 

"C'est fini!"

 

 

La démission des deux politiciens a été annoncée par la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEA) à l'issue du sommet de N'Djamena. Des discussions pour mettre en place une nouvelle direction auront lieu à Bangui à une date ultérieure, ajoute son communiqué.

L'annonce de la démission du président a suscité la liesse à Bangui. Des milliers d'habitants sont descendus dans les rues pour laisser éclater leur joie, scandant ou chantant: "C'est fini, c'est fini !".

La France a très vite réagi. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a demandé que le Conseil national de transition (CNT) établisse l'alternative provisoire afin d'organiser des élections avant la fin de l'année.

Au camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko, où sont rassemblées 100'000 personnes, majoritairement chrétiennes, certains retrouvaient espoir. D'autres demeuraient méfiants. "Il n'y a pas encore la paix. On n'est pas rassuré. Il faut que les Séléka soient tous désarmés", demandait l'un d'eux.



(ats / 10.01.2014 22h16)

 

 


Les réactions

  • Avatar
    Nouvelles O.D.H

    Le 12/01/2014 à 19:25:52

    Première scène de fraternisation à Bangui, le désarmement continue


    Une première scène de fraternisation entre combattants Séléka et miliciens anti-balaka a eu lieu dimanche dans un quartier de Bangui, après des semaines d'affrontements. Dans le même temps, les soldats français et africains poursuivaient leurs opérations de désarmement et de neutralisation des pillards dans la capitale centrafricaine.

    Parallèlement, le président du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), Alexandre-Ferdinand Nguendet, poursuivait les préparatifs de l'élection d'un nouveau président de transition après la démission vendredi de Michel Djotodia.

    Il a appelé les 100'000 personnes déplacées entassées aux abords de l'aéroport de Bangui à rentrer chez elles. Juché sur un camion et s'adressant à la foule en langue nationale sango qui l'acclamait, M. Nguendet a assuré qu'"à partir d'aujourd'hui, il n'y aura plus d'armes dans les quartiers".

    Le chef d'état-major des forces de sécurité, le général Ferdinand Bomboyeke, a pour sa part appelé une nouvelle fois les anciens soldats ayant rejoint les rangs des milices anti-balaka (hostiles à M. Djotodia) à regagner leurs casernes "d'ici lundi".

    Au quartier Bimbo, à la sortie sud de la capitale centrafricaine, une scène inédite après des semaines de sanglantes violences interreligieuses s'est produite dimanche matin. Les combattants Séléka (partisans de M. Djotodia) et les miliciens anti-balaka qui s'y affrontaient ont cessé le combat après des scènes de fraternisation sous les applaudissements de la population.
    Pillages isolés

    Mais ailleurs dans la ville, la fraternisation n'était toujours pas à l'ordre du jour. Des pillages isolés de commerces se produisaient toujours. Une bande de jeunes hommes armés de machettes et de gourdins s'est notamment attaquée à un commerce, entraînant une intervention énergique d'un détachement congolais de la force africaine (Misca).

    Soldats africains et français poursuivaient également les opérations de contrôle des véhicules à la recherche d'armes et arrêtaient tous ceux qui étaient en possession d'armes à feu ou de grenades.

    Des soldats français ont également commencé à patrouiller à l'intérieur des quartiers, dans des zones où jusqu'à présent aucune force ne s'était montrée.


    (ats / 12.01.2014 17h37)

  • Avatar
    Nouvelles O.D.H

    Le 13/01/2014 à 00:44:12

    Le gouvernement béninois accepte d'accorder l'exil politique à Michel Djotodia

    Dimanche 12 janvier 2014 | 05:15 UTC

    COTONOU (Xinhua) - Le gouvernement béninois a accepté d'accueillir sur son territoire, le président dé missionnaire de la Centrafrique, Miche Djotodia, suite à la requê te formulée par les présidents et chefs de gouvernement des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l' Ouest (CEDEAO), a déclaré samedi après-midi le ministre béninois des Affaires étrangères et de l'Intégration africaine, le Prof Nassirou Arifari Bako.
    S'exprimant devant la presse à l'aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, le chef de la diplomation bé ninoise a estimé que l'acceptation de l'ancien président centrafricain au Bénin par le gouvernement béninois, s'inscrit dans le cadre de la recherche de solution pour les grands problè mes qui minent la paix et la stabilité dans la région africaine.

    "Nous espérons que ce geste du gouvernement béninois contribuera au début de la fin de la grande crise qui déchire actuellement le peuple centrafricain", a-t-il indiqué.

    Rappelons que le président démissionnaire de la Centrafrique, Miche Djotodia, s'est marié à une Béninoise, de nom de Chantal Tohouégnon.

    Le président démissionnaire de la Centrafrique, Michel Djotodia, est arrivé samedi après-midi à Cotonou, pour un exil politique.

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Mars 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Ce que le peuple attend du président, ce soir https://t.co/7V35SHslFf https://t.co/mDSoTcXmC7
le 23/03/2017
France : face aux affaires, Hollande prône l'exemplarité des politiques https://t.co/2TypfmrkoY https://t.co/kxEyBvfoNL
le 22/03/2017
France/affaire Fillon : l'enquête élargie à des soupçons d'"escroquerie aggravée et faux" https://t.co/3DW5RKs5GA https://t.co/xEY1mScH9e
le 22/03/2017
Des trains de mesures urgentes en préparation ! Le R&novateur https://t.co/5PFzwesmVL https://t.co/DZg6YSHsW2
le 21/03/2017
FNDU : Déclaration du lundi 20 mars 2017 https://t.co/3StiKzoxSW https://t.co/Dnd7oQVPAX
le 20/03/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5902)

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 1

    Météo

    Jeudi

    min. 4 °

    max. 15 °

    Pluie

    Vendredi

    min. 7 °

    max. 17 °

    Risque de pluie

    Samedi

    min. 6 °

    max. 17 °

    Partiellement nuageux