Sincérité dites-vous ? Parlons-en !

 

 

 

 

Sincérité dites-vous ?  Parlons-en !

 



Parmi les mots les plus récurrents de notre rhétorique militante, notamment celle des bien-pensants de facebook, celui de sincérité tourne en rotatif. Il nous a beaucoup été opposé à nous AJD-MR, et de mon point de vue bien à tort. Que de fois nous avons du faire œuvre de pédagogie pour expliquer que nous sommes un parti avec ses contraintes tactiques, mais dont le cap n’a jamais varié ? Que de fois nous avons du essuyer des tempêtes d’insultes pour avoir simplement osé assumer nos choix stratégiques ? 
Des coups venant toujours de ceux qui disent pourtant partager le projet d’une Mauritanie réconciliée sur la base d’une cohabitation plus juste ; c’est-à-dire notre projet de société. Notre récente décision de participer aux élections municipales et législatives, en dépit des manquements à la transparence que nous avions la lucidité de reconnaitre, en dépit de la poursuite de ce que j’ai appelé « le génocide biométrique », a elle-même fait l’objet de vives critiques de nos bien-pensants. Des bien-pensants qui ne nous ont épargné aucune diatribe. Certains ont eu par la suite l’honnêteté de reconnaitre publiquement que nous n’avions pas eu tort de participer. Ils ont du mérite. D’autres l’ont fait en privé et mais ne l’assumeront jamais publiquement. L’humain est si cantonné dans les limites que lui impose l’enfer qui habite le regard d’autrui que nous les comprenons... Mais j’avais, et je dois l’avouer, nourri le secret espoir que dans les mêmes circonstances, les mêmes causes produisent les mêmes effets. J’y aurais vu de la constance et de la sincérité. C’était pour moi, pour ainsi dire, la seule parade contre la paranoïa de l’acharnement gratuit contre mon parti. Et le contexte d’aujourd’hui n’apaise pas ma colère et mon profond sentiment d’injustice quand je vois, face à la candidature de Birame Dah Abeid, qui lui-même trouvait la participation horriblement condamnable, cette espèce de silence gêné, et pas l’once d’une expression sincère. Même pas la demande d’une explication sur les raisons, là où on a tenté de forcer l’AJD-MR à se justifier. Je rappelle au passage que je n’ai rien contre la candidature de Birame, car je suis participationniste par principe. Simplement, après l’avoir vu s’opposer aux élections il y a moins de deux mois, j’étais en droit de m’attendre de sa part, au minimum une explication plus conséquente sur les raisons de ce revirement.
Nous à l’AJD-MR nous avons le mérite à chaque élection de dire exactement pourquoi nous y allons ; que l’on partage ou non nos arguments. Aux législatives et aux municipales notre objectif était d’entrer au Parlement et dans les conseils municipaux pour y porter la voix de la rue et celle dissonante de notre vision du pays. Nous voulions également, comme à toute élection, profiter de la tribune qu’offre la campagne, pour faire échos à nos revendications. Tout comme, oui je le dis et c’est légitime, nous souhaitions à l’instar de toutes les formations politiques, obtenir désormais de l’état ce à quoi a droit tout parti : une subvention sans laquelle notre parti continuait de survivre sur les frêles épaules de militants peu fortunés. A chacun de juger si ces objectifs sont nobles et si par ailleurs ils sont atteints ou pas. En tous cas 
nous l'avons très clairement assumé.  Cette explication, vous m’avez entendu la fournir à tous ceux qui s’interrogeaient ou nous interrogeaient pendant la campagne. Si demain les instances décisionnelles de mon parti décidaient officiellement de notre participation à la présidentielle, nous vous devrons le même exercice d’explication. Cela s’appelle de la sincérité ! Je demande simplement en tant que citoyen et au nom de tous les taiseux, chez qui pourtant ça bouillonne de questionnements, que l’on me dise ce qui a bien pu changer dans notre pays entre le 21 décembre 2014 (date du deuxième tour) et aujourd’hui, pour que participer aux élections deviennent si normal ? 
Cette question est bien simple et appelle une réponse simple, listée, et… sincère. Je préviens qu’on y échappera pas en tapant encore une fois sur l’AJD-MR ou IMS, ce n’est pas la question Ceux qui seraient tentés par une telle pirouette pour se sortir de leur malaise, seraient mieux inspirés de continuer à se couvrir de leur manteau de silence gêné.

Bocar Oumar BA

 

© Facebook

 

 


  • Bocar Oumar BA Jeudi 6 février 2014 22h45
  • 1 Réaction
  • 06/02/2014
  • Contributions

Les réactions

  • Avatar
    Nouvelles O.D.H

    Le 08/02/2014 à 00:56:33

    Khar Tenguella BA

    Il est important de souligner que la question de participer ou non à des élections n'a jamais fait l'unanimité en Mauritanie, ce qui est logique. Puisque personne ne détient le monopole de la vérité, c'était plus sage et plus honnête de reconnaître à tout un chacun le droit de participer ou non à une élection et tel n'a pas été le cas. J'ai la certitude que certains partis doivent en ce moment avoir regretté leur refus de participer aux législatives et municipales de 2013. Il y a deux manières de conquérir le pouvoir, par la violence ou par la voie des urnes, c'est cette dernière qui est d'ailleurs adoptée par les partis politiques, alors pourquoi reprocher à ces organisations d'avoir participé à une élection? " La nature a horreur du vide", le système aurait eu encore les mains plus libres si l'opposition n'était pas représentée au parlement ou n'avait contrôlé aucune mairie. N' eut été le soutient que lui a apporté l'APP, l'UPR n' aurait jamais pu conquérir la communauté urbaine de Nouakchott. Je ne peux m’empêcher de rappeler que sans conseillers municipaux impossible d’être en course pour les sénatoriales. Là encore certains seront longtemps exclus,pardons, je voulais dire ils se sont exclus. A mon humble avis, pour les partisans du boycott des législatives, décider finalement de participer à la présidentielle c' est en quelque sorte reconnaître l'erreur déjà commise et qu'il faut réparer, et ce revirement doit conforter les participationnistes dans leur position. L'apprentissage de la démocratie commence pendant qu'on est encore dans l'opposition, si en ce moment on ne peut pas tolérer le choix des autres, une fois au pouvoir on devient sans aucun doute tyran. Quand on se dit démocrate on doit tenir compte de la position même de la minorité.
    il y a 11 minutes ·

    © Facebook

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Examen préliminaire de la CPI sur la déportation présumée des Rohingyas de Birmanie https://t.co/cvSC5srQ1e https://t.co/Qsw9HBSkyN
le 18/09/2018
CPI : la justice internationale confirme la peine du Congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation de témoins? https://t.co/LDXamiAdb1
le 17/09/2018
Elections en Mauritanie : peu d'affluence dans les bureaux de vote https://t.co/LqVF26RZPL https://t.co/Ybulu5t1FU
le 16/09/2018
Le président de la CENI tranche en faveur des leaders de l'opposition : ils peuvent visiter les bureaux de vote de? https://t.co/1Ylci8ibf0
le 15/09/2018
RT @aliounetine16: Si ns voulons léguer aux futures générations un continent où les vivants, les humains, les animaux, les végétaux, les ma?
le 15/09/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5940)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 26

    Météo

    Mercredi

    min. 15 °

    max. 26 °

    Partiellement nuageux

    Jeudi

    min. 18 °

    max. 27 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 10 °

    max. 19 °

    Risque de pluie