Procès Rwanda : un accusé politique, qui charge le camp adverse et minimise son importance

 

 

 

Procès Rwanda : un accusé politique, qui charge le camp adverse et minimise son importance

Paris (AFP) - 07.02.2014 17:51 - Par Stéphane ORJOLLET

 

 

Portrait d'artiste de Pascal Simbikangwa, à la cour d'assises de Paris, le 4 février 2014

voir le zoom : Portrait d'artiste de Pascal Simbikangwa, à la cour d'assises de Paris, le 4 février 2014Portrait d'artiste de Pascal Simbikangwa, à la cour d'assises de Paris, le 4 février 2014
afp.com - Benoit Peyrucq
 
voir le zoom : La cour de justice de Paris où se déroule le procès de Pascal Simbikangwa, un ex-officier rwandais, le 4 février 2014La cour de justice de Paris où se déroule le procès de Pascal Simbikangwa, un ex-officier rwandais, le 4 février 2014
afp.com - Martin Bureau
voir le zoom : Portrait non daté diffusé par Interpol de Pascal Simbikangwa, 54 ans, accusé de complicité dans les massacres du Rwanda, qui comparaîtra à partir de mardi pour un procès historique en France, vingt ans après le génocide qui fit 800.000 morts au Rwanda Portrait non daté diffusé par Interpol de Pascal Simbikangwa, 54 ans, accusé de complicité dans les massacres du Rwanda, qui comparaîtra à partir de mardi pour un procès historique en France, vingt ans après le génocide qui fit 800.000 morts au Rwanda 
afp.com -

Pascal Simbikangwa, le premier Rwandais jugé en France pour complicité de génocide, est apparu totalement habité par la politique, minimisant son rôle et rejetant tous les maux de son pays sur l'ex-rébellion tutsi, au terme de la première semaine de son procès historique.

Apparu au début tassé dans le fauteuil roulant dans lequel il est cloué depuis un accident en 1986, le quinquagénaire dégarni se redresse, agite les mains, dès qu'il s'agit d'évoquer l'histoire tourmentée du Rwanda.

"Faux!" "Impossible!" "Monsieur l'avocat général, je ne suis pas d'accord!" Derrière les vitres de son box, l'ex-capitaine fait régulièrement preuve de la "grande combativité" que lui trouve l'enquêtrice de personnalité.

Dans son français parfait, teinté d'un léger accent, il réfute les accusations, attaque, mais aussi, souvent, prend soin de répondre à côté des questions, ou de noyer le sujet sous des détails annexes. Il est aidé en cela par "la passion politique qui l'habite", selon les termes d'une expertise psychologique, rectifiant ici une date, précisant là un nom.

Totalement isolé en détention - il ne reçoit qu'un visiteur de prison, est privé de travail ou de bibliothèque, dont la porte est trop étroite pour son fauteuil, et a pour toutes ressources les 20 euros mensuels perçus comme "indigent" -, le procès semble aussi pour lui un dérivatif à la "déprime" dont il se plaint.

Alors, devant les assises de Paris, il parle, il parle, s'attirant parfois un rappel du président Olivier Leurent, qui le laisse pourtant s'exprimer à loisir: "Ma question était pourtant simple Monsieur Simbikangwa".

Pascal Simbikangwa veut que son procès "fasse exploser les mensonges" que constituent selon lui toutes les accusations. Car pour celui qui se dit "totalement patriotique", pas de doute: c'est le Front patriotique rwandais (FPR), l'ex-rébellion tutsi qui a mis fin au génocide en prenant le pouvoir, qui est responsable du drame. "Quand ils ont fait la guérilla, en attaquant des civils, des innocents, alors qu'ils auraient dû attaquer les militaires, ils ont fait une culture de la haine."

 

"Dérapage malheureux"

 

S'il veut bien reconnaître le génocide des Tutsi, "réel et incontestable", c'est pour immédiatement affirmer "qu'il ne peut effacer le génocide (des) Hutu, beaucoup plus étendu", reprenant à son compte la théorie du "double génocide" jugée négationniste par de nombreux historiens.

D'ailleurs, il cherche à effacer toute préméditation, parlant du "dérapage malheureux de la guerre", du pays qui est "tombé dans les massacres et le chaos", de l'accord de paix d'Arusha en 1992 "qui ne pouvait que mener à l'hécatombe que nous avons connue" ou lançant "quand on a su que c'étaient les ethnies, il était trop tard".

D'ailleurs, sa mère était Tutsi, ainsi que sa femme, qui l'a quitté quelques années après son accident. Ce qu'il "a compris".

Quant à lui, "j'étais un simple agent", "je ne sortais pas de mon bureau, j'étais un bureaucrate". Sa première réponse à l'interrogatoire d'identité fut pourtant: "J'ai été capitaine dans l'armée rwandaise puis dans les services de renseignements". Mais il n'a de cesse depuis de minimiser son rôle dans le régime hutu génocidaire.

Les accusations de violations des droits de l'Homme portées contre lui avant même le génocide? "On était dans une époque de désinformation d  u FPR, et le FPR était très fort."

"La définition en tant que simple fonctionnaire, je ne pense pas que l'expression soit exacte", corrige l'universitaire André Guichaoua, qui étudie le Rwanda depuis de longues années et était à Kigali au début du génocide qui fit 800.000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi, en 100 jours entre avril et juillet 1994.

"Connaissiez-vous l'accusé?", demande le président.

"Je le connaissais de réputation, comme tous ceux qui s'intéressent au Rwanda", répond le chercheur. "Capitaine dans la garde présidentielle, ce n'est pas rien, c'est même beaucoup. (...) Pour autant, il ne représente pas le pouvoir, ni l’exercice du pouvoir, je ne le situerais pas à ce niveau."

 

© 2014 AFP


  • © 2014 AFP Paris (AFP) - 07.02.2014 17:51 - Par Stéphane ORJOLLET
  • 1 Réaction
  • 09/02/2014
  • Crimes contre l'humanité

Les réactions

  • Avatar
    Gilles Emard

    Le 15/03/2014 à 23:05:32

    A quoi s'attendre de la part de la justice du vainqueur??

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Mars 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Mohamed Ould Abdel Aziz et ses "phobies" du passé https://t.co/QeIL9rM4Pb https://t.co/7VuuErPZz2
le 26/03/2017
Maroc : les négociations pour le gouvernement ont abouti (Premier ministre) https://t.co/Dod4JRIuhn https://t.co/fmXSQGlQk0
le 26/03/2017
L'UE à 60 ans cherche un nouveau élan, en dépit du Brexit https://t.co/5kp9psEUH7 https://t.co/pl00vxsTMR
le 25/03/2017
Donald Trump promet l'échec de l'Obamacare après le retrait de sa réforme https://t.co/WRUaz3IP0d https://t.co/vbqiIivoGg
le 25/03/2017
Foot/Mondial-2018-Qualif. : La France s'impose 3-1 au Luxembourg et conserve la tête du groupe A https://t.co/030ntXTH1Y
le 25/03/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5902)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 8

    Météo

    Dimanche

    min. 6 °

    max. 17 °

    Partiellement nuageux

    Lundi

    min. 8 °

    max. 19 °

    Ciel dégagé

    Mardi

    min. 9 °

    max. 18 °

    Ciel dégagé