Rwanda : Kagame accuse une nouvelle fois la France de participation au génocide

 

 

Rwanda : Kagame accuse une nouvelle fois la France de participation au génocide

 

 


PARIS - Le président rwandais Paul Kagame accuse une nouvelle fois la France de participation à l'exécution du génocide de 1994, dans une interview à paraître dimanche dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, à la veille des cérémonies marquant le 20ème anniversaire des massacres.

Evoquant la question des responsabilités, le président rwandais dénonce le rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même. Il accuse les soldats français de l'opération militaro-humanitaire Turquoise, déployée en juin 1994 sous mandat de l'ONU dans le sud du pays, d'avoir été complices certes mais aussi acteurs des massacres.

 



Ces accusations, maintes fois démenties par Paris, reprennent celles déjà formulées par Kigali à plusieurs reprises et notamment en août 2008 à l'occasion de la publication du rapport de la commission d'enquête rwandaise sur le rôle supposé de la France dans le génocide qui a fait, selon l'ONU, quelque 800.000 morts, essentiellement tutsi, entre avril et juillet 1994.

Revenant dans Jeune Afrique sur le cas de la France, Paul Kagame constate que vingt ans après, le seul reproche admissible (aux) yeux (de la France) est celui de ne pas en avoir fait assez pour sauver des vies pendant le génocide. C'est un fait, mais cela masque l'essentiel: le rôle direct de la Belgique (ancienne puissance coloniale) et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même.

Interrogez les rescapés du massacre de Bisesero en juin 1994 et ils vous diront ce que les soldats français de l'opération Turquoise y ont fait. Complices certes, à Bisesero comme dans toute la zone dite +humanitaire sûre+, mais aussi acteurs, accuse Paul Kagame.

En 2008, la commission d'enquête avait déjà évoqué l'affaire du village de Bisesero (ouest), où jusqu'à 50.000 Tutsis avaient trouvé refuge, accusant l'armée française d'avoir retardé sciemment de trois jours le sauvetage de près de 2.000 survivants afin de laisser le temps aux tueurs de les achever.

Les déclarations de Paul Kagame, ancien chef de la rébellion tutsi à la tête du Rwanda depuis 1994, surviennent alors que les relations franco-rwandaises, rompues entre 2006 et 2009, semblaient s'être apaisées, surtout depuis la condamnation en mars dernier à 25 ans de prison du premier Rwandais jugé en France pour le génocide des Tutsi.

Condamné pour génocide et complicité de crimes contre l'humanité, Pascal Simbikangwa, ex-officier de la garde présidentielle, a nié toutes les charges pesant contre lui et a fait appel.

 

 

 



Nous verrons ce qu'il adviendra de cette condamnation en appel, commente Paul Kagame dans Jeune Afrique. Pour le reste, je ne pense pas qu'il s'agisse là d'une évolution particulièrement positive, déclare-t-il, alors que le Rwanda a pendant des années fustigé la France pour sa lenteur à poursuivre les génocidaires présumés.

 



Pour un criminel condamné après vingt ans, combien la justice française en a-t-elle escamoté ?, s'interroge M. Kagamé. Nous ne sommes pas dupes de ce petit jeu. On nous présente cette sentence comme un geste, presque comme une faveur de la France à l'égard du Rwanda, alors que c'est le rôle de la France dans le génocide qu'il conviendrait d'examiner, insiste-t-il.

 

 



La France doit être représentée lundi à Kigali aux commémorations marquant le 20ème anniversaire du génocide au Rwanda par la ministre de la Justice Christiane Taubira.


(©AFP / 05 avril 2014 14h29)  

 
 
 
 

La France annule sa participation aux commémorations du génocide rwandais

 


PARIS - La France a décidé d'annuler sa participation aux commémorations du 20e anniversaire du génocide rwandais, après les déclarations du président Paul Kagame l'accusant d'avoir participé aux massacres, a annoncé samedi le ministère des Affaires étrangères.
 

 

 


La France est surprise par les récentes accusations portées à son encontre par le président du Rwanda qui sont en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé depuis plusieurs années entre nos deux pays, a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal.

Dans ces conditions, Mme (Christiane) Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice ne se rendra pas ce lundi à Kigali, a-t-il ajouté, alors que Mme Taubira avait été choisie par le président François Hollande pour représenter la France aux cérémonies.

La France regrette de ne pouvoir prendre part aux commémorations du 20e anniversaire du génocide, car elle tient à s'incliner devant la mémoire des victimes et à s'associer au deuil des familles et du peuple rwandais, a ajouté le porte-parole.

Das une interview à paraître dimanche dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, le président rwandais Paul Kagame accuse une nouvelle fois la France de participation à l'exécution du génocide de 1994, qui a fait 800.000 morts, principalement tutsi.

Evoquant la question des responsabilités, Paul Kagame dénonce le rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même. Il accuse les soldats français de l'opération militaro-humanitaire Turquoise, déployée en juin 1994 sous mandat de l'ONU dans le sud du pays, d'avoir été complices certes mais aussi acteurs des massacres.

Ces accusations ont été maintes fois démenties par Paris. Dans une première réaction, la présidence française avait jugé samedi que les nouvelles déclarations de M. Kagame n'allaient pas dans le sens de l'apaisement.


(©AFP / 05 avril 2014 19h42)  

 

 
 
 
 
 

Rwanda : l'ancien chef de la diplomatie française appelle Hollande à défendre l'honneur de la France

 


BORDEAUX - Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères à l'époque du génocide au Rwanda en 1994, a appelé samedi François Hollande à défendre l'honneur de la France face à l'inacceptable mise en cause de Paris par le président rwandais Paul Kagame dans un article à paraître dans l'hebdomadaire Jeune Afrique.

 



Il serait aujourd'hui intolérable que nous soyons désignés comme les principaux coupables. J'appelle le Président de la République et le gouvernement français à défendre sans ambiguïté l'honneur de la France, l'honneur de son Armée, l'honneur de ses diplomates, écrit Alain Juppé dans un article virulent publié samedi soir sur son blog.

L'ex-chef de la diplomatie dit comprendre la realpolitik, et la prudence de ligne diplomatique que suit la France avec le Rwanda. Mais cela ne doit pas se faire, estime-t-il, au prix de la falsification de l'histoire qui ne cesse de se propager à l'encontre de la France, de ses dirigeants politiques, de ses diplomates et de son Armée.

Alain Juppé réagissait à une interview du président Kagame, qui dans Jeune Afrique accuse notre pays d'avoir organisé et encouragé le génocide, d'en avoir été complice et même acteur, selon M. Juppé.

Il est rigoureusement faux que la France ait aidé en quelque manière les auteurs du génocide à préparer leur forfait, écrit Alain Juppé, rappelant qu'au contraire, Paris a tout fait pour pousser à la réconciliation des deux camps, Hutu et Tutsi, avant la prise de fonction en mars 1993 du gouvernement d'Edouard Balladur où il servait, comme après.

Il est rigoureusement faux que la France n'ait pas dénoncé le déclenchement du génocide en le qualifiant en ces termes mêmes, poursuit-il, citant ses déclarations publiques en ce sens, en mai 1994, au conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union Européenne comme à l'Assemblée nationale française.

La communauté internationale a failli, c'est un fait. Elle a été incapable de prévenir et d'arrêter le génocide, admet Alain Juppé. Mais la communauté internationale, ce n'est pas la France seule, et la France a été la seule puissance à agir, affirme-t-il.

Sans doute subsiste-t-il encore des zones d'ombre sur cette période tragique, convient-il, notant que malgré les investigations de l'ONU, de la justice française, de la justice espagnole, on ne sait toujours pas qui sont les auteurs de l'attentat contre l'avion qui transportait le Président (rwandais) Habyarimana et le Président du Burundi le 6 avril 1994, attentat qui a été le déclencheur des massacres.

En attendant que vienne la vérité, on ne peut tolérer la véritable entreprise de falsification historique qui veut faire porter à la France la culpabilité du génocide, écrit encore M. Juppé.


(©AFP / 05 avril 2014 23h37)  

 

 


  • PARIS - (©AFP / 05 avril 2014 14h29)
  • 0 Réaction
  • 05/04/2014
  • Crimes contre l'humanité

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Mars 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Ce que le peuple attend du président, ce soir https://t.co/7V35SHslFf https://t.co/mDSoTcXmC7
le 23/03/2017
France : face aux affaires, Hollande prône l'exemplarité des politiques https://t.co/2TypfmrkoY https://t.co/kxEyBvfoNL
le 22/03/2017
France/affaire Fillon : l'enquête élargie à des soupçons d'"escroquerie aggravée et faux" https://t.co/3DW5RKs5GA https://t.co/xEY1mScH9e
le 22/03/2017
Des trains de mesures urgentes en préparation ! Le R&novateur https://t.co/5PFzwesmVL https://t.co/DZg6YSHsW2
le 21/03/2017
FNDU : Déclaration du lundi 20 mars 2017 https://t.co/3StiKzoxSW https://t.co/Dnd7oQVPAX
le 20/03/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5902)

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 0

    Météo

    Jeudi

    min. 4 °

    max. 15 °

    Pluie

    Vendredi

    min. 7 °

    max. 17 °

    Risque de pluie

    Samedi

    min. 6 °

    max. 17 °

    Partiellement nuageux