ALERTE - Mali : un groupe jihadiste annonce à l'AFP la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal.


 


 

ALERTE - Mali : un groupe jihadiste annonce à l'AFP la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal.


 



(©AFP / 22 avril 2014 19h55)  

 

 

 

 

Mali : l'otage français Gilberto Rodrigues Leal est mort, affirme un groupe jihadiste


Bamako - Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi à l'AFP la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, qu'il avait enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali.

Nous annonçons la mort de Rodrigues. Il est mort, parce que la France est notre ennemie, a déclaré dans une brève communication téléphonique à l'AFP Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao.

Celui-ci n'a pas précisé quand, où et dans quelles circonstances l'otage était mort.

Interrogé sur les preuves de la mort de l'otage, en l'absence de photo ou de vidéo de son corps, le responsable du Mujao a simplement répondu: Au nom d'Allah, il est mort.

Les jihadistes évitent de s'attarder au téléphone par crainte d'être repérés, notamment par les forces françaises présentes dans le nord du Mali.

La semaine dernière, un autre responsable du Mujao avait annoncé, dans un court message envoyé à l'AFP à partir d'un téléphone portable malien, la fin de vie de l'otage, âgé de 62 ans.

Dimanche, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'était dit très inquiet concernant le sort de Gilberto Rodrigues Leal.

 

 



Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu de nouvelles. Nous avons des contacts avec la famille mais nous sommes effectivement très inquiets, avait affirmé M. Fabius.

M. Rodrigues Leal avait été enlevé le 20 novembre 2012 par des hommes armés près de Kayes, dans l'ouest du Mali, alors qu'il circulait dans un camping-car venant de Mauritanie.

Son enlèvement avait été revendiqué deux jours plus tard par le Mujao, un groupe islamiste armé allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).


(©AFP / 22 avril 2014 20h29)  

 
 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 22-04-2014 • Modifié le 22-04-2014 à 21:52


Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage Gilberto Rodrigues Leal
par RFI

 

 

 

 

 

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) affirme, ce mardi 22 avril, que l'otage français Gilberto Rodrigues Leal est décédé.

Il avait été enlevé le 20 novembre 2012 par des hommes armés à Diéma, dans l’ouest du Mali. Un acte revendiqué très rapidement par le Mujao. Il y a « tout lieu de penser que Gilberto Rodrigues Leal est décédé depuis plusieurs semaines », a réagi François Hollande, bien que la diplomatie française dit ne pas détenir de preuve matérielle de sa mort.

« Nous annonçons la mort de Rodrigues. Il est mort parce que la France est notre ennemie. » C'est de cette manière laconique, au cours d'un bref appel téléphonique, qu'un représentant du Mujao a donné ce mardi l'information, sans plus de détails. On n'a pas d'image de corps, on ne connait ni la date exacte de son éventuel décès, ni ses conditions : y aurait-il eu mort naturelle ? Exécution ? Il y a quelques jours déjà, dans un court texte envoyé par un téléphone portable malien, un autre responsable du Mujao annonçait la même nouvelle. Il parlait de la fin de vie de Gilberto Rodrigues Leal.

Depuis plusieurs mois, nous étions sans nouvelle de l'otage français. Le 20 novembre 2012 vers 11h, il avait passé la frontière entre la Mauritanie et le Mali, au poste de Gogui. Alors âgé de 61 ans, ce retraité vivant dans le sud de la France n'était que de passage dans ce pays. Il souhaitait rejoindre un petit village du Togo, et s'était aménagé un lit dans sa voiture, qui transportait par ailleurs des médicaments et des fournitures scolaires à distribuer. A son arrivée à Diéma, une ville carrefour située à 400 kilomètres au nord-ouest de Bamako, il avait demandé à des jeunes de lui indiquer un cybercafé.

Ce cybercafé, M. Rodrigues Leal y était allé à deux reprises, et avait échangé des nouvelles avec sa sœur vers 20h. C'est peu après, alors qu'il discutait à la terrasse d'un café, que des hommes enturbannés, armés, firent irruption et le forcèrent à monter dans leur véhicule. Très vite, le Mujao revendiquait l'enlèvement. Et cinq jours plus tard, Gilberto Rodrigues Leal apparaissait dans une vidéo diffusée sur Internet. Il y demandait au gouvernement français de répondre rapidement aux revendications du Mujao, sans les préciser ni dire si elles avaient été transmises aux autorités. En un an et demi, ce sera la seule preuve de vie rendue publique.

 

 

→ À (RE) LIRE : Gilberto Rodrigues Léal, otage français au Mali

 

 

Suite à l'annonce du Mujao, le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal a publié un communiqué, dont voici un extrait : « Nous avions, depuis plusieurs mois, beaucoup de raisons de nous montrer pessimistes sur le sort de notre compatriote, explique le représentant du ministère. Sa famille en avait été informée depuis décembre 2013. Le communiqué du Mujao, responsable de son enlèvement, nous conduit malheureusement aujourd’hui à penser que M. Rodriguez-Leal est probablement décédé, bien qu’aucune preuve matérielle ne puisse encore nous autoriser à le confirmer. »

Selon nos informations, les proches de M. Rodrigues Leal ont été prévenus dès lundi par le Quai d'Orsay. « Les autorités nous ont contactés pour nous prévenir que le Mujao allait annoncer le décès de Gilberto », a indiqué sa sœur Irène, qui a ajouté : « C'est un choc, mais cela fait quatre mois que nous sommes très inquiets. » La famille a en effet été prévenue en décembre dernier que la cellule de crise de la diplomatie française n'avait plus aucune information sur l'otage, et plus aucun lien avec les ravisseurs.

« En ce qui concerne M. Leal, ça fait longtemps que nous n'avons pas eu de nouvelles et nous sommes effectivement très inquiets », déclarait encore dimanche dernier le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, en marge du retour de quatre journalistes français retenus en Syrie pendant dix mois. Ce mardi, le Quai d'Orsay condamne « de la façon la plus ferme » l'action du Mujao, qualifié de « groupe terroriste ».

 

 

→ À  (RE) LIRE : Hollande et Fabius font le point sur les otages français au Mali

 

 

Ce mardi, peu après la réaction du Quai d'Orsay, le président de la République a déclaré par communiqué qu'il y avait « tout lieu de penser » que Gilberto Rodrigues Leal « est décédé depuis plusieurs semaines du fait des conditions de sa détention ». « La France fera tout pour connaitre la vérité sur ce qui est arrivé à Gilberto Rodrigues Leal et elle ne laissera pas ce forfait impuni », assure M. Hollande.

 

©   RFI

 

 

 

 

Hollande promet de punir les assassins de Gilberto Rodrigues Leal

 

 

 

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. Le président François Hollande a promis de ne "pas laisser ce forfait impuni".

 

 

 

 

 

"La France fera tout pour connaÎtre la vérité sur ce qui est arrivé à Gilberto Rodrigues Leal", a également assuré François Hollande dans un communiqué. "Il y a tout lieu de penser que notre compatriote est décédé depuis plusieurs semaines du fait des conditions de sa détention", a précisé le chef d'Etat français.

Peu avant, Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao, avait déclaré dans une brève communication téléphonique à l'AFP: "Nous annonçons la mort de Rodrigues. Il est mort, parce que la France est notre ennemie", sans préciser quand, où et dans quelles circonstances l'otage était mort.

Interrogé sur les preuves de la mort de l'otage, en l'absence de photo ou de vidéo de son corps, le responsable du Mujao a simplement répondu: "Au nom d'Allah, il est mort". Les jihadistes évitent de s'attarder au téléphone par crainte d'être repérés, notamment par les forces françaises présentes dans le nord du Mali.

La semaine dernière, un autre responsable du Mujao avait annoncé, dans un court message envoyé à l'AFP à partir d'un téléphone portable malien, "la fin de vie" de l'otage, âgé de 62 ans.

 

 

Inquiétude

 

 

Dimanche, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'était dit "très inquiet" concernant le sort de cet homme. "Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu de nouvelles", avait affirmé M. Fabius.

M. Rodrigues Leal avait été enlevé le 20 novembre 2012 par des hommes armés près de Kayes, dans l'ouest du Mali, alors qu'il circulait dans un camping-car venant de Mauritanie. Son enlèvement avait été revendiqué deux jours plus tard par le Mujao, un groupe islamiste armé allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).



(ats / 22.04.2014 21h54)  


  • (©AFP / 22 avril 2014 19h55)
  • 0 Réaction
  • 22/04/2014
  • Terrorisme

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Examen préliminaire de la CPI sur la déportation présumée des Rohingyas de Birmanie https://t.co/cvSC5srQ1e https://t.co/Qsw9HBSkyN
le 18/09/2018
CPI : la justice internationale confirme la peine du Congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation de témoins? https://t.co/LDXamiAdb1
le 17/09/2018
Elections en Mauritanie : peu d'affluence dans les bureaux de vote https://t.co/LqVF26RZPL https://t.co/Ybulu5t1FU
le 16/09/2018
Le président de la CENI tranche en faveur des leaders de l'opposition : ils peuvent visiter les bureaux de vote de? https://t.co/1Ylci8ibf0
le 15/09/2018
RT @aliounetine16: Si ns voulons léguer aux futures générations un continent où les vivants, les humains, les animaux, les végétaux, les ma?
le 15/09/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5940)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 2

    Météo

    Mercredi

    min. 14 °

    max. 27 °

    Ciel dégagé

    Jeudi

    min. 18 °

    max. 27 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 10 °

    max. 19 °

    Pluie