La France a versé 18 M USD pour la libération des journalistes otages en Syrie

 

 

 

La France a versé 18 M USD pour la libération des journalistes otages en Syrie

 

 


Berlin - La France a versé 18 millions de dollars pour la libération des quatre journalistes français enlevés en juin 2013 en Syrie et relâchés la semaine dernière, assure samedi l'hebdomadaire allemand Focus, affirmation catégoriquement démentie par Paris.

Les fonds, convoyés vers Ankara par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, ont été versés aux ravisseurs par l'intermédiaire des services secrets turcs, écrit Focus, citant des sources proches de l'Otan à Bruxelles.

 

 



Selon des experts de l'Otan, l'espionnage français a été informé dès le début de la prise d'otage du lieu de détention des quatre journalistes, mais a renoncé à une intervention armée pour les libérer en raison des combats qui secouent la Syrie, poursuit le magazine.

La cabinet du ministère de la Défense a tenu à apporter à l'AFP un démenti à ces affirmations.

Le gouvernement dément catégoriquement les informations contenues dans l'hebdomadaire cité et réitère la position de la France sur la question des libérations d'otages telle que Laurent Fabius l'avait rappelée samedi dernier, a affirmé cette source.

A l'occasion de la libération le wee-end dernier de quatre journalistes français après dix mois de captivité en Syrie, le ministre des Affaires étrangères avait rappelé le credo de Paris, à savoir que l'Etat français ne paie pas de rançons.


C'est un principe très important pour que les preneurs d'otages ne puissent être tentés d'en ravir d'autres. Tout est fait par des négociations, des discussions, avait lui-même insisté le chef de l'Etat François Hollande. 

Didier François, grand reporter à la radio française Europe 1, et le photographe Edouard Elias avaient été enlevés au nord d'Alep le 6 juin 2013. Nicolas Hénin, reporter à l'hebdomadaire français Le Point, et Pierre Torrès, photographe indépendant, avaient été enlevés le 22 juin à Raqqa.

 

 

 

 


Ils ont été retrouvés par une patrouille de l'armée turque dans la nuit du 19 au 20 avril dans le no man's land de la frontière séparant la Turquie et la Syrie, près de la petite ville turque d'Akçakale (sud-est).


(©AFP / 26 avril 2014 13h34)  

 


  • Berlin - (©AFP / 26 avril 2014 13h34)
  • 1 Réaction
  • 26/04/2014
  • Terrorisme

Les réactions

  • Avatar
    Nouvelles O.D.H

    Le 27/04/2014 à 04:06:04

    Paris nie avoir payé pour la libération des otages en Syrie


    La France a versé 18 millions de dollars (environ 16 millions de francs) pour la libération des quatre journalistes français enlevés en juin 2013 en Syrie et relâchés la semaine dernière, a assuré samedi l'hebdomadaire allemand "Focus". Cette affirmation a cependant été démentie par Paris.

    Les fonds, convoyés vers Ankara par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, ont été versés aux ravisseurs par l'intermédiaire des services secrets turcs, selon "Focus" qui cite des sources proches de l'OTAN à Bruxelles.

    Selon des experts de cette organisation, l'espionnage français a été informé du lieu de détention des quatre journalistes dès le début de la prise d'otages, mais il a renoncé à une intervention armée en raison des combats qui secouent la Syrie, poursuit le magazine.

    Le cabinet du ministère de la Défense a tenu à apporter à l'AFP un démenti: "Le gouvernement dément catégoriquement les informations contenues dans l'hebdomadaire cité".

    "L'Etat ne paie pas"
    A l'occasion de la libération le week-end dernier de quatre journalistes français après dix mois de captivité en Syrie, le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius avait rappelé la pratique en la matière, à savoir que "l'Etat français ne paie pas de rançons".

    "C'est un principe très important pour que les preneurs d'otages ne puissent être tentés d'en ravir d'autres. Tout est fait par des négociations, des discussions", avait aussi insisté le président François Hollande.

    Didier François, grand reporter à la radio "Europe 1", et le photographe Edouard Elias avaient été enlevés au nord d'Alep le 6 juin 2013. Nicolas Hénin, reporter à l'hebdomadaire "Le Point", et Pierre Torrès, photographe indépendant, avaient eux été enlevés le 22 juin à Raqqa.

    Ils ont été retrouvés par une patrouille de l'armée turque, dans la nuit du 19 au 20 avril, dans le "no man's land" de la frontière qui sépare la Turquie et la Syrie, près de la ville turque d'Akçakale.



    (ats / 26.04.2014 21h34)

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Examen préliminaire de la CPI sur la déportation présumée des Rohingyas de Birmanie https://t.co/cvSC5srQ1e https://t.co/Qsw9HBSkyN
le 18/09/2018
CPI : la justice internationale confirme la peine du Congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation de témoins? https://t.co/LDXamiAdb1
le 17/09/2018
Elections en Mauritanie : peu d'affluence dans les bureaux de vote https://t.co/LqVF26RZPL https://t.co/Ybulu5t1FU
le 16/09/2018
Le président de la CENI tranche en faveur des leaders de l'opposition : ils peuvent visiter les bureaux de vote de? https://t.co/1Ylci8ibf0
le 15/09/2018
RT @aliounetine16: Si ns voulons léguer aux futures générations un continent où les vivants, les humains, les animaux, les végétaux, les ma?
le 15/09/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5940)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 2

    Météo

    Mercredi

    min. 14 °

    max. 27 °

    Ciel dégagé

    Jeudi

    min. 18 °

    max. 27 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 10 °

    max. 19 °

    Pluie