Lourdes condamnations pour les leaders d’IRA : «Une parodie de justice taillée sur mesure politique»

 

 

 

 

 

Lourdes condamnations pour les leaders d’IRA : «Une parodie de justice taillée sur mesure politique»     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le verdict des activistes d’IRA est tombé  ce soir, jeudi 18 août 2016, au moment où le collectif de leurs avocats animait une conférence de presse au FONADH. La justice qui a rendu son libellé, en l’absence des avocats des prévenus et dans un procès qualifié de mascarade, n’y est pas allée de main morte. Les peines prononcées vont de 3 à 15 ans de réclusion ferme. «Nous croyions que ce genre de procès n’était plus de mise en Mauritanie. Hélas, nous nous rendons compte à présent que nous rééditons les mêmes mascarades que nous avions connus dans les années 80 et 90, sous les régimes d’exception» a remarqué Me Brahim Ould Ebetty.

 

En entamant la conférence de presse qu’il animait dans les locaux du FONADH, ce jeudi 18 août 2016, le collectif des avocats de défense des détenus d’IRA s’attendait certes à des condamnations, mais pas de cette ampleur. La composante négro-africaine d’IRA, en l’occurrence Diop Amadou Tijane, Moussa Birame et Abdalla Sow ont écopé des plus lourdes peines, 15 ans de prison fermes. Les autres détenus ont écopé entre 3 et 5 ans de réclusion. «Que les condamnations aient été d’un jour ou de vingt ans ne change rien, car nous avions affaire à un procès politique dont la finalité est connue, mater le mouvement IRA par justice interposé » dira Me El Id, l’un des avocats défenseurs.

 

Des lois pour la consommation extérieure


Me Brahim Ebetty dira dès l’entame de la conférence de presse, que deux violations flagrantes de la loi et des procédures ont servi d’emblée d’avertissement aux avocats et à l’opinion publique, que le procès des activistes d’IRA qui s’ouvrait n’en serait pas un. Ces deux violations provoqueront la sortie des avocats de la défense et leur boycotte des audiences suivantes. Il s’agit d’abord, selon Me Ebetty, du refus de la cour de connaître des actes de tortures dénoncés par les prévenus qui ont déclaré avoir été soumis à toutes sortes de traitements cruels et dégradants durant leur interrogatoire à la police. Le juge a même refusé, selon les avocats, d’engager les procédures requises suite à la plainte dûment formulée par les prévenus contre leurs tortionnaires (2 commissaires de police, 1 inspecteur de police, deux brigadiers chefs, 1 brigadier et deux agents nommément cités). Elle s’est dite incompétente, alors que selon Me Lô Gourmo, «les magistrats mauritaniens sont tenus par la force de la loi locale et des conventions sur la torture à se saisir de toute allégation de torture dénoncée par un prévenu ».Cela est d’autant plus flagrant, dira le collectif des avocats, que la Mauritanie est le seul pays au monde à avoir relevé la torture dans son texte fondamental, la Constitution, en crime contre l’humanité. «Mais il est clair que cette disposition est prise juste pour la consommation extérieure et non pour protéger les citoyens mauritaniens » fera remarquer Me Gourmo. Il trouve d’ailleurs la dérive de la justice et son instrumentalisation par le pouvoir Exécutif de dangereux car «plus aucun citoyen ou résidant en Mauritanie n’est à l’abri d’une injustice judiciaire » ajoutera-t-il.

 

 

Procès cinéma

 


Deuxième violation, cette fois sans équivoque selon les avocats, l’autorisation donnée au Procureur de la République de diffuser  un film, alors que l’article 278 du Code de procédure pénale mauritanien, interdit toute diffusion sonore ou audiovisuel dans les tribunaux. Cette pièce en outre, selon les avocats n’avait pas été versée dans le dossier ni communiquée aux avocats avant l’audience, selon les principes juridiques.
«Vu que la seule base de débat entre les avocats et les magistrats dans une cour de justice, repose sur le respect de la loi, les premiers ne peuvent en aucun cautionner un procès où cette dernière est piétinée sans vergogne par ceux-là qui doivent dire le droit et rien  que le droit » dira Me Brahim Ould Ebetty. Assez suffisant selon lui, pour que le collectif sur la demande de leurs clients se retire de «cette mascarade de justice ». Les avocats diront que la cour ne s’est même pas gênée, heureuse de s’être débarrassé de témoins peu amènes, pour «faire leurs affaires aux détenus d’IRA ». Dans une lettre adressée au président de la Cour, les détenus d’IRA ont affirmé avoir été à l’origine du retrait du collectif des avocats qui assuraient leur défense. «C’est bien nous qui leur avons demandé de ne pas nous défendre si la loi n’était pas respectée. Or, l’article 278 du Code de procédures pénales a été clairement violé. Nous ne craignons absolument pas le visionnage de ce grossier montage, mais nous tenons  à ce que la loi, toute la loi et rien que la loi soit respectée » ont-ils écrit. Ils ont refusé par la même occasion toute autre défense qui leur serait imposée par la Cour avant de conclure : «nous n’avons plus confiance en cette cour qui a refusé de prendre en compte notre plainte pour les faits de torture dont nous fûmes victimes. Pourtant, nous voyions en votre formation une chance qui nous était offerte pour que justice nous soit rendue ».
Autre fait inédit relevé par les avocats à la suite des verdicts prononcés dans cette affaire qui est allée de report en report d’audience depuis le 3 août dernier, le fait que «les dix personnes des familles déguerpies de la Gazra Bouamatou, prises pourtant en flagrant délit pendant les évènements incriminés, soient acquittées et que ceux qui avaient été cueillis individuellement à leur domicile soient lourdement condamnés».

 

 

Les avocats en ont vue d’autres

 


Pour Me Brahim Ebetty, le combat du collectif continue. «Nous disposons de plusieurs recours et de plusieurs moyens pour faire rétablir le droit. C’est notre combat mais aussi celui de chaque Mauritanien ». Le doyen des avocats rappelle que des procès pareils, il en a vu de pire, dans les années 80 et 90, notamment avec le procès des Baathistes. «Ce n’est pas la première fois que nous boycottons des mascarades de procès que nous gagnons par la suite » dira-t-il. Selon lui, «ce qui vient de se passer dans le procès dit de la Gazra Bouamatou est clair, on a cherché les militants d’IRA » Certains observateurs sont allés plus loin. Pour eux «c’est l’élément négro-africain du mouvement qui était le plus visé, pour opérer la cassure avec l’élément haratine ». D’autres ont carrément ironisé en parlant de «Verdicts de Saad » par allusion à un billet que ce dissident d’IRA, accusé d’être derrière cette machination, avait écrit il y a quelques jours et où il demandait l’acquittement pour les dix personnes de la Gazra de Bouamatou.
Le vice-président d’IRA, Brahim Bilal Ramadan avait assisté à la conférence de presse, tout comme le président de SOS Esclaves et membre du Mécanisme national de prévention contre la torture, Boubacar Ould Messaoud. «Parmi tous les membres de ce mécanisme, c’est le seul qui a cherché à faire son travail, mais seul il ne pouvait rien faire » dira Me Brahim Ebetty qui a déploré l’incurie du président de cette structure créée durant la visite en Mauritanie du Rapporteur Spécial des Nations Unies chargées de la Torture. «Dans une déclaration récente, le président du Mécanisme national de prévention contre la Torture a déclaré ne pas être au courant d’aucun acte de torture et de n’avoir reçu aucune plainte, alors que sa mission est de dénicher tout soupçon, toute rumeur de torture et non pas d’attendre qu’on les lui apport sur un plateau d’argent » a fait remarquer un avocat.
Comble d’ironie rapporte Me Fatimata MBaye, le greffier de la cour pénale aurait refusé d’enregistrer la demande d’Appel formulé par les avocats de la défense, une première dans les annales des greffes, dira Me Gourmo.
Enfin, les avocats se sont également interrogés sur la politique de deux poids deux mesures dans le traitement des détenus d’IRA. «Alors que la Cour d’Appel vient de demander l’ouverture d’une enquête pour tortures sur plainte de prévenus dans une affaire de drogue (les Haidalla fils), on refuse la même requête pour des détenus d’opinion ». Pour le collectif des avocats, le procès des détenus d’IRA a été de bout en bout un procès politique où les magistrats du siège ont suivi le parquet et le ministère public dans toutes ses requêtes, allant jusqu’à mettre de côté la loi et le droit. «Si dans les années 80 et 90, notamment le procès d’Ahmed Daddah et celui des Baathises et bien d’autres procès, le ministre de la Justice avait élu domicile dans le Palais de justice, dans celui des détenus d’IRA, il suivait les débats à la minute par son téléphone » a conclu Me Ebetty.  ....

 

 

Lire la suite   >>>

 

 

 

 

 

Cheikh AIDARA

 

 

©   http://aidara.mondoblog.org/

 

 

 

© Aîdara Mondoblog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mauritanie : 3 à 13 ans de prison pour des militants antiesclavagistes

 

 

 

 

 

 

ALAKHBAR (Nouakchott) - Treize (13) militants de l’organisation antiesclavagiste IRA-Mauritanie ont été condamnés, ce jeudi, à des peines allant de 3 à  13 ans de prison ferme.

 

Le procès a été boycotté par le collectif des avocats de la défense qui protestait contre la diffusion d’une vidéo incriminant ces militants d’IRA, selon le tribunal.

 

La video a montré des affrontements opposant la police à des habitants d’un bidonville de l’Est de la capitale Nouakchott  qui refusaient d’y être délogés. 

 

La police avait accusé  les militants d’IRA d’avoir incité ces habitants à la violence

 

©  ALAKHBAR

 

 


  • © Aîdara Mondoblog 19 août 2016
  • 0 Réaction
  • 19/08/2016
  • © AÏDARA Mondoblog

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Avril 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Une ex-pilote de chasse, héroïne du tragique vol New York-Dallas https://t.co/Rs2dZ9SEkO https://t.co/bAzdjgrzV1
le 18/04/2018
SÉNÉGAL: DES EXILÉS MAURITANIENS RÉCLAMENT LE DROIT DE RENTRER CHEZ EUX https://t.co/6OYyh7OMta
le 18/04/2018
Cuba : Miguel Diaz-Canel, l'homme du système qui succèdera aux Castro https://t.co/sTJaBYhUh0 https://t.co/HIs20Wxi95
le 18/04/2018
Une jihadiste française condamnée à la perpétuité en Irak https://t.co/6jCXWMhaYW
le 17/04/2018
RT @abdellah_ely: Vaste campagne de lutte contre les faux médicaments en Mauritanie. Des personnes présumées coupables ont été arrêtées alo?
le 16/04/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • online pharmacy canada levitra levitra generika 20mg eteamz.active.com file levitra.html link pharmacyonline phentermine cheap levitra generic levitra patent deutschland

    par Robertnug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 545

    Météo

    Dimanche

    min. 12 °

    max. 26 °

    Risque de pluie

    Lundi

    min. 9 °

    max. 21 °

    Partiellement nuageux

    Mardi

    min. 12 °

    max. 22 °

    Ciel dégagé