Attentat déjoué en France : 3 kilos d'explosif, des armes, un drapeau de l'EI retrouvés (procureur)

 

 

 

 

Attentat déjoué en France : trois kilos d'explosifs, des armes, un drapeau de l'EI retrouvés (procureur)

 

Paris - Les deux hommes arrêtés mardi à Marseille (sud de la France) et soupçonnés de préparer un attentat "imminent" étaient en possession de trois kilos d'explosifs, d'armes à feu et d'un drapeau de l'organisation jihadiste Etat islamique, a déclaré le procureur de Paris.

Les deux suspects, de nationalité française, Clément B., 23 ans, et Mahiedine M., 29 ans, "deux individus aussi méfiants que déterminés", se préparaient à procéder à "une action violente, de manière imminente sur le territoire français, sans qu'on puisse déterminer avec précision le jour, la ou les cibles visé(es)", a ajouté le procureur François Molins au cours d'une conférence de presse.

Les responsables de la sécurité de plusieurs candidats à la présidentielle avaient cependant été prévenus la semaine dernière de la dangerosité des deux hommes, dont des photos avaient été distribuées.

Le premier tour de l'élection se déroule dimanche.

Les policiers ont saisi dans l'appartement occupé par les deux hommes à Marseille trois kilos de TATP, un explosif artisanal prisé des jihadistes, une grenade artisanale, plusieurs armes à feu dont un pistolet-mitrailleur, des sacs de munitions et un drapeau de l'Etat islamique, a notamment expliqué le procureur.

La France a été frappée depuis 2015 par une série d'attentats jihadistes qui ont au total fait 238 morts. Une vingtaine de tentatives d'attentats ont été déjouées depuis début 2016, selon le gouvernement.

 

 



(©AFP / 18 avril 2017 20h23)

 

 

Attentat déjoué en France : 3 kilos d'explosif, des armes, un drapeau de l'EI retrouvés (procureur)



(©AFP / 18 avril 2017 19h54)

 

 

 

France : plusieurs candidats à la présidentielle prévenus jeudi dernier d'une menace d'attentat (candidats)



(©AFP / 18 avril 2017 13h36)

 

 

 

France : deux hommes soupçonnés de préparer un attentat arrêtés

 

 

Paris - Deux hommes radicalisés, soupçonnés de préparer un attentat "imminent", ont été arrêtés mardi à Marseille dans le sud de la France, cinq jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

Les deux hommes de 23 et 29 ans sont "soupçonnés d'un passage à l'acte imminent", a précisé l'une de ces sources. Ils ont été arrêtés par les services de renseignement intérieur dans le cadre d'une enquête pour association de malfaiteurs terroriste, ouverte à Paris.

Les deux interpellés avaient un projet d'attentat "certain", "dans les tous prochains jours sur le sol français", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, lors d'un point de presse.

Des perquisitions à Marseille ont permis de trouver "des éléments permettant de matérialiser cet attentat" et des "opérations de sécurisation et de déminage" sont en cours sur place, a-t-il ajouté.

Les deux hommes étaient "connus pour leur radicalisation" et ont déjà été incarcérés pour des faits sans caractère terroriste, selon une source proche de l'enquête.

"Tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité de ce rendez-vous majeur pour notre République" qu'est l'élection présidentielle, a assuré le ministre tout en pointant "un risque terroriste qui reste plus élevé que jamais".

Plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par les militaires de l'opération Sentinelle, seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote dimanche.

La France est particulièrement visée notamment car elle fait partie des pays intervenant en Syrie contre le groupe jihadiste Etat islamique. Les deux dernières attaques ont d'ailleurs visé des militaires, sans les tuer, au musée du Louvre et à l'aéroport d'Orly.

Cinq projets d'attentats ont été déjoués depuis le début de l'année 2017, après 17 en 2016, a affirmé le 21 mars le Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Instauré dans la foulée des attaques jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, les plus meurtriers jamais commis en France avec 130 personnes tuées, l'état d'urgence a été prolongé jusqu'à l'été 2017 car la période électorale, avec la présidentielle puis les législatives en juin, "accroît encore les risques de passage à l'acte des terroristes" selon les autorités.



(©AFP / 18 avril 2017 13h04)

 
 
 

  • Marseillle - (©AFP / 18 avril 2017 19h54)
  • 0 Réaction
  • 18/04/2017
  • Terrorisme islamiste

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Juillet 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Le FONADH dénonce des man?uvres contre la constitution https://t.co/YXHXnzvYsu https://t.co/qoPgIpmbot
le 24/07/2017
En Libye, la France et l'Italie ne peuvent rien faire l'une sans l'autre https://t.co/kQuilXU8zC https://t.co/a8HElkXams
le 24/07/2017
Nouvelles d?ailleurs : Psittacins, psittacistes, Trarza, Brakna, referendum et mandats? https://t.co/U9XBX7NFKZ https://t.co/UpnSG5iwcn
le 24/07/2017
Mais où est l?opposition ? @abdellah_ely https://t.co/v7PxCUk8hC
le 24/07/2017
Côte d'Ivoire : tirs provenant de l'école de police à Abidjan (journaliste AFP) https://t.co/ViZCtGfmIG
le 20/07/2017

Livre d'or

  • Dernier message :

  • Mes chers amis et amies dans l adversite et la desolation chers camarade de combats contre l injustice et la privation contre la maladie et l ignorence pensez vous que nous n avons pas assez criais et...

    par dajakSsee
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 4

    Météo

    Mardi

    min. 13 °

    max. 23 °

    Risque de pluie

    Mercredi

    min. 17 °

    max. 26 °

    Nuageux

    Jeudi

    min. 14 °

    max. 23 °

    Risque de pluie