Burkina : des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort

 

 

 

 

 

Burkina : des manifestants réclament "justice" pour Sankara, 30 ans après sa mort

 

 

 

 

 

Dans une rue de Ouagadougou, un panneau affiche des portraits de Ernesto "Che" Guevara (g) et Thomas Sankara, le 14 octobre 2017 / © AFP / Ahmed OUOBA

 

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Ouagadougou pour réclamer "vérité et justice" pour Thomas Sankara, 30 ans après l'assassinat du père de la révolution burkinabè, tué lors du coup d’Etat de 1987 qui porta au pouvoir son compagnon, Blaise Compaoré.

Des manifestants, majoritairement vêtus de tee-shirts à l’effigie de Sankara, ont scandé "vérité et justice pour Thomas Sankara" et "justice pour ses compagnons" en brandissant des pancartes où l'on pouvait lire : "Honte à la justice pourrie et aux magistrats corrompus" et "30 ans d’impunité, c’est trop".

A l’appel du Comité international mémorial Thomas Sankara, les manifestants s’étaient rassemblés au Conseil de l'entente, siège de la révolution burkinabè, où Thomas Sankara a été tué le 15 octobre 1987, avec douze de ses compagnons.

Poings levés, entonnant l’hymne national burkinabè, les manifestants ont fait une halte devant l'ambassade de France où ils ont déposé un mémorandum exigeant "la levée du +secret défense+ par l’Etat français concernant le dossier Sankara".

Ils ont également réclamé "l’ouverture d’une enquête judiciaire en France dans l’affaire Sankara pour situer les responsabilités de la partie française dans cet assassinat planifié" et "l’accès à toutes les archives (audio visuelles, documents classés secrets) portant sur Sankara".

"Aucune personne, de l’intérieur ou de l’extérieur, burkinabè ou non, impliqué de près ou de loin dans ces assassinats, ne doit échapper au châtiment de la justice souveraine", a lancé le président du Comité international Mémorial Thomas Sankara, le colonel Bernard Sanou.

Au tribunal militaire, les manifestants ont également remis leur mémorandum au directeur de la justice militaire, le colonel Sita Sangaré. 

"Trente ans après l’assassinat du +Che Africain+ et ses douze compagnons, les familles et tous les peuples épris de justice attendent que la vérité soit dite dans cette affaire et que justice soit faite", a déclaré le colonel Sanou.

 

 



Thomas Sankara et douze de ses compagnons avaient été assassinés par un commando dans ses bureaux alors qu’il allait assister à un conseil de cabinet. Les corps avaient été enterrés en catimini le soir même au cimetière de Dagnoën, à l’est de Ouagadougou.

Les corps présumés de Sankara et ses compagnons tués avec lui ont été exhumés fin mai 2015 pour une expertise ADN, afin de tenter de déterminer l’identité des victimes et de lever le voile sur les circonstances de leur mort.

Malgré des analyses en France puis en Espagne, il n’a pas été possible de confirmer les identités.

 

 



Les manifestants ont exigé que "les principaux inculpés, Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré et Hyacynthe Kafando, encore vivants aident à l'identification du corps de Thomas Sankara" et reçoivent "un châtiment à la hauteur de leur forfait".

Trente ans après l’assassinat de Sankara, une douzaine de personnes ont été inculpées, dont des militaires de l’ex-régiment de sécurité présidentielle - l’unité qui a perpétré le coup d’Etat avorté du 17 septembre 2015 et qui a été dissoute -, dont le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré.



(©AFP / 15 octobre 2017 15h20) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déclaration de Madame Mariam SANKARA, à l’occasion de la commémoration du trentième anniversaire de l’assassinat du Président SANKARA

 

 

 

 

 

 

 

 

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers amis,

L’assassinat du Président Sankara et de ses compagnons, le 15 Octobre 1987, a interrompu une expérience de développement originale et prometteuse de l’histoire de l’Afrique contemporaine.

Je tiens à vous remercier pour votre soutien à toute la famille Sankara et à moi-même  ainsi que pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

A travers sa politique, Thomas a défendu, en donnant lui-même l’exemple, les valeurs essentielles telles que l’intégrité, l’honnêteté, l’humilité, le courage, la volonté, le respect et la justice.  En mobilisant les différentes composantes de la société, il s’est battu, de façon acharnée, contre la dette, pour le bien être de tous les burkinabè, la promotion du patrimoine culturel burkinabè et l’émancipation de la femme. Il a incité ses concitoyens à se prendre en charge pour vivre dignement. Bref, il a refusé  la soumission au diktat des plus puissants de ce monde, a pris la défense des plus faibles et des plus défavorisés.

Imprégnés de ces valeurs et de ces idées, vous avez, à travers l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, mis fin au régime dictatorial de Compaoré. Cette insurrection a permis au peuple de reprendre la parole pour exiger, entre autres, la fin de l’impunité, la réouverture du dossier de justice sur l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons, celui de Norbert Zongo et tant d’autres.

La décision prise au Burkina Faso par les autorités de la transition de rendre enfin justice à Thomas Sankara a suscité un immense espoir au Burkina, en Afrique en général et dans le monde. Mais on est toujours dans l’attente de la justice.

La requête de la société civile et des familles est claire. Nous voulons connaître au plus vite les commanditaires et les exécutants de cet assassinat et ceux des autres crimes.

Retarder la quête de vérité, c’est jouer le jeu des assassins de Thomas Sankara et de ses compagnons. Ne pas rendre justice, c’est refuser une sépulture digne pour Thomas Sankara et ses compagnons, c’est empêcher les familles de faire leur deuil.

C’est la raison pour laquelle, le peuple burkinabè et ses amis doivent rester mobilisés et relancer la campagne pour que trente ans après, justice soit enfin rendue à Thomas Sankara et à ses compagnons.

Chers compatriotes, notre famille salue votre initiative visant à ériger un mémorial à la mémoire de Thomas Sankara.

Nous sommes attachés, comme nombre de nos compatriotes,  à la défense et à la sauvegarde de la mémoire de Thomas Sankara. Je tiens à saluer cette initiative de la société civile, conduite par l’association CIMTS (Comité International pour le Mémorial Thomas Sankara). Ce projet de Mémorial bénéficie du soutien populaire. Une démarche consensuelle et inclusive devrait permettre de réaliser un ouvrage de qualité qui témoignera de la vitalité des idées de Thomas et de ses fidèles compagnons de la révolution du 4 Août 1983. Toutefois, la famille tient à ce que ce mémorial ne soit pas construit dans l’enceinte du Conseil de l’Entente qui rappelle de douloureux souvenirs en raison des assassinats et des tortures qui ont marqué ce lieu.

Avec toutes ces volontés de valorisation de la mémoire de Thomas observées à travers le monde, on se rend compte avec le temps que Thomas Sankara était un visionnaire. Conscient des actions des détracteurs de la révolution, il savait qu’il était incompris parce qu’il était en avance sur son temps. Il dira alors : « tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront ». Ceci est devenu une réalité. On constate aujourd’hui que la jeunesse s’imprègne de ses idées progressistes pour transformer la société.

Trente après sa disparition, la pensée de Thomas reste vivante et d’actualité.

Encore une fois, je vous félicite pour votre mobilisation et pour votre fidélité à la mémoire du Président Thomas Sankara.

30 ans de résistance !

30 ans d’impunité !

Rendez enfin justice à Thomas Sankara et ses compagnons ainsi qu’à toutes les victimes des crimes impunis !

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Je vous remercie.

Mariam Sankara

Montpellier le 15 octobre 2017

 

Galerie à la mémoire d'un des meilleurs fils de l'Afrique,  Thomas Isidore Noël SANKARA  

http://odh-mauritanie.com/galerie-16045-galerie-thomas-isidore-noel-sankara.html

 


  • Ouagadougou - (©AFP / 15 octobre 2017 15h20)
  • 0 Réaction
  • 15/10/2017
  • Hommages & célébrations

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Avril 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

RT @babiraguel: Culture : l?humoriste Big Baba nous parle de son métier | Vidéo https://t.co/e2FsBhXX10
le 24/04/2018
Trump rend hommage au colonel Beltrame en présence de Macron à la Maison Blanche https://t.co/4wO8b6VklR https://t.co/SShfw76IsJ
le 24/04/2018
Attentat de Kaboul : mort du "héros" qui courait à la rescousse des victimes https://t.co/aV7qU65r4o
le 23/04/2018
Dépêches et news: https://t.co/aqogdV2tv0
le 23/04/2018
Les rebelles au Yémen annoncent la mort de leur chef politique https://t.co/C3M1I29U58 https://t.co/gUCpwAnKsX
le 23/04/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • online pharmacy canada levitra levitra generika 20mg eteamz.active.com file levitra.html link pharmacyonline phentermine cheap levitra generic levitra patent deutschland

    par Robertnug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 11

    Météo

    Mercredi

    min. 7 °

    max. 16 °

    Couvert

    Jeudi

    min. 7 °

    max. 16 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 9 °

    max. 18 °

    Partiellement nuageux