Liberia : le président élu George Weah promet d'"améliorer la vie des Libériens"

 

 

 

 

 

Liberia : le président élu George Weah promet d'"améliorer la vie des Libériens"

 

 

Monrovia - Le président élu du Liberia George Weah a promis samedi d'"améliorer la vie des Libériens", en s'appuyant sur les "progrès" accomplis par la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf, dans sa première déclaration publique après sa victoire au scrutin du 26 décembre.

"Nous allons construire sur les progrès accomplis par Madame Ellen Johnson Sirleaf pour améliorer la vie des Libériens", a affirmé M. Weah, lors d'une conférence de presse.

"Je peux dire publiquement que la meilleure manière de célébrer les Libériens est d'améliorer leur vie. Je déclare aujourd'hui qu'améliorer la vie des Libériens est une mission exceptionnelle", a-t-il ajouté.

"Ceux qui seront choisis dans le gouvernement seront dévoués à l'idée de travailler pour les démunis et pour une transformation sociale", a poursuivi le président élu du Liberia.

"Les Libériens sont les vrais héros et héroïnes de cette victoire", a souligné George Weah.

Le président de la Commission électorale, Jerome Korkoya, a proclamé vendredi soir la "victoire au second tour" mardi de George Weah et de sa colistière, Jewel Howard-Taylor, à l'élection présidentielle, à l'issue du dépouillement de 100% des suffrages.

Il a confirmé que l'ancien attaquant du PSG, de Monaco et du Milan AC avait remporté 61,5% des voix, contre 38,5% pour son concurrent, le vice-président sortant Joseph Boakai.

Weah, dont les discours de campagne associaient "espoir" et "unité", a raflé 14 des 15 comtés du pays, ne laissant la victoire à Joseph Boakai que dans son fief de Lofa (nord).

M. Boakai, 73 ans, avait reconnu sa défaite dans un message solennel à la nation. "Mon amour pour le pays est plus profond que mon désir d'être président. C'est pourquoi j'ai appelé George Weah pour le féliciter en tant que vainqueur du scrutin présidentiel", a déclaré M. Boakai, qui avait contesté en vain pendant plusieurs semaines les résultats du premier tour du 10 octobre.

Le scrutin du 26 décembre s'est déroulé dans le calme et la bonne organisation générale a été saluée par les observateurs internationaux.

Près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce --250.000 morts entre 1989 et 2003-- le Liberia s'apprête à vivre une transition en douceur, la première passation de pouvoir entre deux présidents élus depuis 1944.

Mme Sirleaf a déjà signé un décret établissant une "équipe de transition" pour organiser un "transfert ordonné du pouvoir" à son successeur, qui prêtera serment le 22 janvier.

Le Liberia, qui peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf (2005-2017).

Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

Sénateur depuis 2014, George Weah aura comme vice-présidente la sénatrice Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor. Mais tous deux affirment ne pas entretenir de lien avec l'ancien président.



(©AFP / 30 décembre 2017 19h15)

Weah officiellement vainqueur d'une présidentielle exemplaire au Liberia

 

 

 

L'ex-footballeur George Weah, vainqueur de la présidentielle au Liberia, le 29 décembre 2017 à Monrovia / © AFP / SEYLLOU

Assoiffés de changement et de paix, les Libériens ont offert au plus grand de leurs footballeurs, George Weah, une victoire éclatante, a confirmé vendredi la Commission électorale nationale (NEC), ouvrant la voie à une alternance démocratique exemplaire.

Le président de la NEC, Jerome Korkoya, a proclamé en début de soirée la "victoire au second tour" mardi de George Weah et de sa colistière, Jewel Howard-Taylor, à l'issue du dépouillement de 100% des suffrages.


Il a confirmé que l'ancien attaquant du PSG, de Monaco et du Milan AC avait remporté 61,5% des voix, contre 38,5% pour son concurrent, le vice-président sortant Joseph Boakai. Des pourcentages identiques à ceux annoncés jeudi après le décompte de plus de 98% des bulletins.

A la mi-journée, M. Boakai, 73 ans, avait reconnu sa défait dans un message solennel à la nation. "Mon amour pour le pays est plus profond que mon désir d'être président. C'est pourquoi j'ai appelé George Weah pour le féliciter en tant que vainqueur du scrutin présidentiel", a déclaré M. Boakai, qui avait contesté en vain pensant plusieurs semaines les résultats du premier tour du 10 octobre.

Cette fois, le scrutin, dont le déroulement pacifique et la bonne organisation générale ont été salués par les observateurs internationaux, a livré un verdict sans appel.

Weah, dont les discours de campagne associaient "espoir" et "unité", a raflé 14 des 15 comtés du pays, ne laissant la victoire à Joseph Boakai que dans son fief de Lofa (nord). 

La Maison Blanche a félicité "le peuple du Liberia pour la conclusion réussie du second tour et le président élu George Weah pour sa victoire", selon un communiqué.

"Il s'agit du premier transfert pacifique du pouvoir d'un chef d'Etat élu démocratiquement à un autre depuis des décennies, ce qui constitue une étape majeure pour la démocratie au Liberia", a souligné Washington, à l'origine de la création au XIXe siècle de la plus ancienne république africaine, constituée pour d'anciens esclaves.

- Dirigeants étrangers et stars du foot -

Le président-élu a passé l'après-midi à son quartier général, recevant des coups de fils de dirigeants étrangers, ont indiqué ses proches. Il devait s'adresser dans la soirée aux milliers de supporters réunis dans ce vaste parc privé, transformé depuis plusieurs jours en petit village avec marché et échoppes à boissons, où l'ambiance était électrique avant même le début d'une gigantesque fête devant durer toute la nuit.

"Mes chers Libériens, je ressens profondément l'émotion de toute la nation. Je mesure l'importance et la responsabilité de l'immense tâche qui m'échoit aujourd'hui. Le changement est en route", avait tweeté Weah après l'annonce de sa victoire.

Le président français Emmanuel s'est entretenu vendredi avec l'ancien enfant chéri du Parc des Princes, élevé par sa grand-mère dans le bidonville de Gibraltar, à Monrovia, avant de devenir l'un des plus brillants footballeurs de sa génération dans les années 1990.

"Félicitations à George Weah pour sa brillante élection et à l'ensemble du peuple libérien pour le chemin parcouru vers la paix et la réconciliation. Congrats Mister George", a écrit le chef de l'Etat français dans un tweet.

"Félicitations Mr. George", a aussi écrit Didier Drogba, ex-gloire de Chelsea et de la sélection ivoirienne.

Le Camerounais Stéphane Mbia, ex-milieu de Marseille, a félicité Weah pour sa "superbe carrière". "Premier Africain Ballon d'or en 1995, premier joueur retraité à devenir président de la République. Respect ! ". 

Le Liberia, qui peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf (2005-2017). 

Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

Sénateur depuis 2014, George Weah aura comme vice-présidente la sénatrice Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor. Mais tous deux affirment ne pas entretenir de lien avec l'ancien président.

- Transitions démocratiques -

Près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce --250.000 morts entre 1989 et 2003-- le Liberia s'apprête à vivre une transition en douceur, la première passation de pouvoir entre deux présidents élus depuis 1994. 

Mme Sirleaf a déjà signé un décret établissant une "équipe de transition" pour organiser un "transfert ordonné du pouvoir" à son successeur, qui prêtera serment le 22 janvier.

Le Liberia suit l'exemple d'autres pays d'Afrique de l'Ouest qui ont vécu ces dernières années des alternances démocratiques, comme le Sénégal, qui n'a jamais connu de coup d'Etat, le Cap-Vert, le Ghana ou encore le Nigeria. En Gambie, le très autoritaire Yahya Jammeh a cédé le pouvoir après 22 ans en janvier dernier, après avoir contesté pendant six semaines sa défaite à la présidentielle face à Adama Barrow.



(©AFP / 29 décembre 2017 21h14) 

 

Monrovia exulte après la victoire de la légende du foot George Weah

 

 

George Weah se prépare à voter à Monrovia, le 26 décembre 2017 / © AFP / SEYLLOU

Monrovia a explosé de joie jeudi soir à l'annonce de la victoire éclatante de l'ex-star du football et sénateur George Weah au second tour de la présidentielle au Liberia, après un scrutin salué pour son déroulement pacifique.

L'ancien footballeur, 51 ans, a recueilli 61,5% des suffrages, contre 38,5% pour son adversaire, le vice-président Joseph Boakai, selon des résultats officiels portant sur plus de 98% des suffrages annoncés en début de soirée, 48 heures après la fermeture des bureaux de vote.

Dès sa victoire connue, des centaines de personnes massées aux abords de la Commission électorale nationale (NEC), dans le centre de la capitale Monrovia, ont laissé éclater leur joie, chantant, dansant et scandant le nom de leur futur président.

"On a attendu pendant 12 ans. Maintenant, le pouvoir va au peuple", exultait la vice-présidente de la Ligue de la jeunesse de la Coalition pour le changement démocratique (CDC), la formation de Weah, Josephine Davies.

George Weah n'a pas tardé à se présenter comme "le président élu de la république du Liberia" sur son compte Twitter. 

Quand ils ont appris leur victoire, Weah et sa vice-présidente, Jewel Howard-Taylor, ex-femme de l'ancien chef de guerre Charles Taylor et influente sénatrice, sont tombés dans les bras l'un de l'autre en fondant en larmes, a constaté un journaliste de l'AFP.

A la présidentielle de 2005, Weah avait été battu par Ellen Johnson Sirleaf. Six ans en plus tard, il s'était présenté à la vice-présidence mais son ticket avait été devancé par celui associant Mme Sirleaf à Joseph Boakai.

Quelque 2,1 millions d'électeurs étaient inscrits pour le second tour et la participation a été de 56%, a indiqué le président de la NEC, Jerome Korkoya. Les derniers dépouillements devraient être achevés vendredi, a-t-il ajouté.

Attaquant star de Monaco, du PSG et du Milan AC dans les années 1990, George Weah doit prêter serment le 22 janvier, marquant ainsi la première transition démocratique depuis plus de 70 ans dans ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest.

- Un choix clair -

George Weah, 51 ans, favori après être sorti vainqueur du premier tour du 10 octobre avec plus de 38% des voix, s'est montré sûr de lui avant et après le jour de l'élection.

"Le peuple libérien a clairement fait son choix (mardi) et, ensemble, nous sommes confiants quant à l’issue du processus électoral", a tweeté le Ballon d'Or 1995 mercredi.

Mais certains de ses partisans commençaient à trouver le temps long. "On s'inquiète parce que tout le monde voit les résultats, mais la NEC ne veut pas les annoncer. Plus ils tardent, plus ça devient risqué", avait déclaré, peu avant l'annonce des résultats, un de ses supporters, Daniel Mlehn.

Joseph Boakai, 73 ans, a quant à lui voulu y croire jusqu'au bout. "On attend les résultats définitifs. On parle de Weah, mais ce sont uniquement ses comtés, pas les miens", déclarait encore en début d'après-midi le vice-président sortant.

George Weah avait déjà reçu les "félicitations" d'une autre star du foot, l'Ivoirien Didier Drogba. "Merci Didier de ton soutien, nous sommes tous les deux soucieux et conscients du destin de nos peuples. Suivons le même chemin...", a répondu en français l'ancien Parisien sur Twitter.

Près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce --250.000 morts entre 1989 et 2003-- le Liberia s'apprête à vivre une transition en douceur.

La présidente sortante, Ellen Johnson Sirleaf, a signé mardi un décret établissant une "équipe de transition", composée de plusieurs ministres, pour organiser un "transfert ordonné du pouvoir" à son successeur.

- La paix avant tout -

"Tout le monde dit qu'il y a un bien commun à protéger, la paix au Liberia", s'est félicité jeudi matin le directeur de la communication de la NEC, Henry Flomo.

Sénateur depuis 2014 de la province la plus peuplée du Liberia, George Weah avait choisi comme colistière Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor. Mais tous deux affirment ne pas entretenir de lien avec l'ancien président.

Le Liberia, qui peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de Mme Sirleaf. Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le chef des observateurs de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), l'ancien président du Ghana John Dramani Mahama, ont salué "la tenue pacifique" du scrutin.

La chef de la mission d'observation de l'UE, Maria Arena, a félicité les candidats et le peuple libérien pour un scrutin qui s'est déroulé dans le calme et a "globalement respecté les règles constitutionnelles".

Finalement organisé au lendemain de Noël, le second tour avait été reporté de sept semaines en raison de contestations des résultats du premier tour du 10 octobre par plusieurs candidats.



(©AFP / 28 décembre 2017 21h27) 

 

 

Les premiers résultats au Liberia attendus en fin d'après-midi, Weah favori

 

 
Décomptes des bulletins de vote à l'issue du 2e tour de la présidentielle, le 27 décembre 2017 à Monrovia, au Liberia / © AFP / SEYLLOU
 
 

Le Liberia devrait connaître jeudi en fin d'après-midi les premiers résultats de la présidentielle qui oppose le favori, la légende du foot et sénateur George Weah, au vice-président sortant, Joseph Boakai, pour une première alternance démocratique en plus de 70 ans.

"Un point sur le résultat du second tour à 17H45" (GMT et locales), a indiqué sur Facebook et Twitter la Commission électorale nationale, sans donner plus de détails.

A Monrovia, des policiers casqués et armés étaient postés depuis le matin aux abords du siège de la NEC, alors que le pays attend sereinement l'annonce du successeur d'Ellen Johnson Sirleaf, unique femme élue chef d'Etat en Afrique à ce jour, qui ne pouvait plus se représenter après deux mandats de six ans.

Selon des résultats non-officiels publiés sur les réseaux sociaux par le camp Weah, l'ancien attaquant du PSG, de Monaco et du Milan AC l'emporterait facilement dans la plupart des provinces.

"Le peuple libérien a clairement fait son choix (mardi) et, ensemble, nous sommes confiants quant à l’issue du processus électoral", a tweeté le Ballon d'Or 1995, plus que jamais favori après être sorti vainqueur du premier tour du 10 octobre avec plus de 38% des voix.

"On attend les résultats définitifs. On parle de Weah, mais ce sont uniquement ses comtés, pas les miens", a déclaré jeudi à un petit groupe de journalistes Joseph Boakai, 73 ans.

George Weah a en tous cas déjà reçu les "félicitations" d'une autre star du foot, l’Ivoirien Didier Drogba. "Merci Didier de ton soutien, nous sommes tous les deux soucieux et conscients du destin de nos peuples. Suivons le même chemin...", a répondu en français l'ancien Parisien, 51 ans, sur Twitter.

"Faut-il dire président Weah?", s'interroge en Une le quotidien The New Dawn, en soulignant que ses partisans avaient commencé à célébrer la victoire sans attendre les résultats officiels.

Le Liberia n'a pas connu d'alternance démocratique depuis 1944. Et près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce --250.000 morts entre 1989 et 2003-- ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest s'apprête à vivre sa première transition pacifique entre deux présidents élus.

La présidente sortante a signé mardi un décret établissant une "équipe de transition", composée de plusieurs ministres, pour organiser un "transfert ordonné du pouvoir" à son successeur, prévu le 22 janvier.

- 'Un bien commun: la paix' -

"La NEC est heureuse que, 48 heures après le vote, tout reste pacifique. Même ceux qui étaient virulents sur les réseaux sociaux ont commencé à changer de ton", a déclaré jeudi à la radio son directeur de la communication Henry Flomo.

"Tout le monde dit qu'il y a un bien commun à protéger, c'est à dire la paix au Liberia", a-t-il ajouté.

Le dépouillement des bulletins --le pays compte 2,1 millions d'inscrits-- devrait être achevé vendredi et les résultats complets publiés dans la foulée.

"Cela va plus vite qu'auparavant et l'élection a été juste. Cela va rester pacifique, je suis sûr qu'il n'y aura pas de violence", a expliqué jeudi à l'AFP un employé d'une compagnie d'assurance de 27 ans, Bestman Smith.

Sénateur depuis 2014 de la province la plus peuplée du Liberia, George Weah a choisi comme colistière Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor et influente sénatrice. Mais tous deux affirment ne pas entretenir de lien avec l'ancien président.

Le Liberia, qui peine à se remettre de l'épidémie d'Ebola, vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), prédécesseur de Mme Sirleaf. Condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, il purge sa peine en Grande-Bretagne pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

- Scrutin salué à l'international -

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le chef des observateurs de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), l'ancien président du Ghana John Dramani Mahama, ont salué "la tenue pacifique" du scrutin, tout comme l'a également fait l'Union européenne.

Organisé au lendemain de Noël, le second tour a vu la participation atteindre "environ 55%", selon M. Mahama. Il avait été reporté de sept semaines en raison de contestations des résultats du premier tour du 10 octobre par plusieurs candidats.

"Cette transition est cruciale. Si le Liberia la réussit, ce sera une victoire pour lui, pour l'Afrique de l'Ouest et pour l'Afrique en général", a déclaré mardi à l'AFP l'ancien président du Nigeria, Goodluck Jonathan, venu en observateur.



(©AFP / 28 décembre 2017 14h57)

Présidentielle au Liberia : les premiers résultats attendus jeudi

 

 

Les premiers résultats, encore provisoires, du second tour de la présidentielle au Liberia qui a opposé mardi la légende du foot et sénateur George Weah (d) et le vice-président sortant, Joseph Boakai (g), sont attendus jeudi. / © AFP/Archives / Zoom DOSSO, JOEL SAGET

 

Les premiers résultats, encore provisoires, du second tour de la présidentielle au Liberia qui a opposé mardi la légende du foot et sénateur George Weah et le vice-président sortant, Joseph Boakai, sont attendus jeudi.

La Commission électorale nationale (NEC), qui l'a indiqué sur Facebook mercredi soir, n'a pas précisé d'horaire pour cette annonce attendue avec impatience mais sans signe apparent de tension par tout un pays.

Près de trois décennies après le début d'une guerre civile qui a fait 250.000 morts en 14 ans, le Liberia s'apprête à vivre sa première alternance démocratique entre une présidente élue, Ellen Johnson Sirleaf, et son successeur, qui entrera en fonctions le 22 janvier.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le chef des observateurs de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), l'ancien président du Ghana John Dramani Mahama, ont tous deux salué "la tenue pacifique" du scrutin, tout comme l'a également fait l'Union européenne.

Organisé au lendemain de Noël, après avoir été reporté de sept semaines en raison de contestations des résultats du premier tour le 10 octobre par plusieurs candidats, le second tour a vu la participation augmenter tout au long de la journée, pour atteindre "environ 55%", selon M. Mahama.

Si elle salue la bonne tenue des opérations jusqu'ici, sans les problèmes d'organisation rencontré début octobre, la Cédéao encourage la NEC à publier rapidement des résultats "afin d'éviter de créer de l'anxiété parmi la population". 

Le dépouillement des bulletins de vote - le pays compte 2,1 millions d'électeurs - devrait se poursuivre pendant un jour ou deux.

Des médias locaux donnaient toutefois en tête George Weah, l'ancien attaquant du PSG et du Milan AC, vainqueur du premier tour avec 38% des voix.

Dans un pays qui n'a pas connu d'alternance démocratique depuis 1944, "cette transition est cruciale. Si le Liberia la réussit, ce sera une victoire pour lui, pour l'Afrique de l'Ouest et pour l'Afrique en général", a déclaré mardi à l'AFP l'ancien président du Nigeria, Goodluck Jonathan, chef des observateurs du National Democratic Institute (NDI), dont le siège est aux Etats-Unis.

- "Personne ne veut de problèmes" -

"Ne fais pas de bruit. Tu vois bien que j'écoute la radio", lance Samuel Nuahn à son fils de 12 ans. Tout en travaillant dans son garage de la banlieue nord de Monrovia, ce mécanicien de 46 ans, partisan du vice-président Joseph Boakai, garde l'oreille collée à son poste, branché sur une station locale égrenant des résultats partiels.

"C'est du provisoire. Ca ne va pas dans mon sens mais je reste optimiste", a-t-il expliqué à l'AFP. "Quel que soit le résultat, nous l'accepterons sans faire de problèmes. Plus personne ne veut de problème dans ce pays, on n'en a pas besoin".

"Quelles que soient les provocations, nous ne répondrons pas par la violence", a expliqué le chef de la branche jeunesse de la Coalition pour le changement démocratique (CDC) de George Weah, Jefferson Kotchie, à un groupe de jeunes supporteurs de l'ancien attaquant vedette.

- Atrocités -

Le Liberia est un pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, meurtri par quatorze ans d'une guerre civile particulièrement atroce - 250.000 morts entre 1989 et 2003 -, puis par l'épidémie d'Ebola, dont il peine à se redresser.

Il vit encore dans le souvenir de Charles Taylor, 69 ans, ancien chef de guerre puis président (1997-2003), condamné par la justice internationale à 50 ans de prison, qu'il purge en Grande-Bretagne, pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone voisine.

Sénateur depuis 2014 de la province la plus peuplée du pays, George Weah a choisi comme colistière Jewel Howard-Taylor, ex-femme de Charles Taylor et influente sénatrice de Bong, autre important réservoir de voix. Mais tout deux affirment ne pas entretenir de lien avec l'ancien président.

"C'est un jour historique. Je sais que je vais gagner", a déclaré mardi Weah, qui, à 51 ans, reste très populaire auprès des jeunes. "Nous allons gagner! Parce que le peuple croit en nous et sait que nous sommes les meilleurs", a quant à lui lancé Joseph Boakai, 73 ans.

Dans leurs locaux situés sous les tribune du stade Samuel Kanyon Doe, au coeur de Monrovia, les membres de la NEC ont commencé à comptabiliser, sous le regard d'observateurs et de représentants des partis, les résultats de la province de Montserrado, la plus peuplée du pays, où se trouve la capitale.

Selon un rituel bien rôdé et dans un silence monacal, un responsable exhibe une enveloppe pour montrer qu'elle est bien scellée. Puis il lit le nombre de voix remporté par chacun des candidats, qu'un assistant inscrit dans un programme informatique projeté sur un grand écran, aux yeux de tous. Comme dans n'importe quelle démocratie.



(©AFP / 27 décembre 2017 20h46)

 
 
Sur le même sujet
 

  • Monrovia - (©AFP / 29 décembre 2017 21h14)
  • 0 Réaction
  • 29/12/2017
  • Afrique élections

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Avril 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

RT @babiraguel: Culture : l?humoriste Big Baba nous parle de son métier | Vidéo https://t.co/e2FsBhXX10
le 24/04/2018
Trump rend hommage au colonel Beltrame en présence de Macron à la Maison Blanche https://t.co/4wO8b6VklR https://t.co/SShfw76IsJ
le 24/04/2018
Attentat de Kaboul : mort du "héros" qui courait à la rescousse des victimes https://t.co/aV7qU65r4o
le 23/04/2018
Dépêches et news: https://t.co/aqogdV2tv0
le 23/04/2018
Les rebelles au Yémen annoncent la mort de leur chef politique https://t.co/C3M1I29U58 https://t.co/gUCpwAnKsX
le 23/04/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • online pharmacy canada levitra levitra generika 20mg eteamz.active.com file levitra.html link pharmacyonline phentermine cheap levitra generic levitra patent deutschland

    par Robertnug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5940)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 11

    Météo

    Mercredi

    min. 7 °

    max. 16 °

    Couvert

    Jeudi

    min. 7 °

    max. 16 °

    Partiellement nuageux

    Vendredi

    min. 9 °

    max. 18 °

    Partiellement nuageux