Afrique du Sud : Ramaphosa promet la fin de la corruption

 

 

 

 

 

Remaniement gouvernemental en Afrique du Sud : retour du respecté Nhlanhla Nene aux Finances

 

 

 

 

 

 

 

Pretoria - Le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé lundi soir la nomination du respecté Nhlanhla Nene au ministère clé des Finances, poste qu'il a déjà occupé de 2014 à 2015 avant d'être limogé par le chef de l'Etat de l'époque Jacob Zuma.

 

 

 



En décembre 2015, le président Zuma s'était brutalement séparé de Nhlanhla Nene et l'avait remplacé par un député inexpérimenté, David van Rooyen, un changement qui avait fait chuter la devise sud-africaine.

Cyril Ramaphosa, qui a succédé le 15 février au très controversé Zuma, empêtré dans des scandales de corruption, a aussi décidé de rappeler au gouvernement Pravin Gordhan, un ardent pourfendeur de la lutte anti-corruption qui avait été limogé du ministère des Finances en 2017. 

Pravin Gordhan se voit confier le portefeuille des Entreprises publiques, un ministère très sensible compte tenu de l'endettement abyssal de ces sociétés dû à une mauvaise gestion et au pillage de leurs ressources. 

Le poste de vice-président de la République sud-africaine revient à David Mabuza, numéro 2 du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC). Le ministère des Mines a lui été confié au numéro 3 du parti, Gwede Mantashe. 

En présentant son gouvernement - très attendu -, Cyril Ramaphosa a expliqué vouloir créer un équilibre entre "la continuité et la stabilité, et la nécessité de renouveau et de reprise économique".

Il a remplacé le 15 février Jacob Zuma, démissionnaire après avoir été lâché par l'ANC qui anticipait une catastrophe électorale en 2019 s'il ne se débarrassait pas rapidement du controversé chef de l'Etat.

Peu après sa prise de fonction, le nouveau président, ancien homme d'affaires et patron actuel de l'ANC, avait promis à son pays un "nouveau départ" après la fin du règne Zuma terni par les scandales. Il a fait de la relance de l'économie et de la lutte contre la corruption ses priorités. 


(©AFP / 26 février 2018 20h56) 

 

 

 

Afrique du Sud : Ramaphosa promet la fin de la corruption

 

 

 

 

Le Cap - Le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa a promis vendredi à son pays un "nouveau départ" et l'éradication de la corruption, dans son premier grand discours depuis la fin du règne terni par les scandales de son prédécesseur Jacob Zuma.

"Nous devons mettre derrière nous toute la négativité qui a perturbé notre pays parce qu'un nouveau départ nous attend. Un fantastique départ est là", a lancé M. Ramaphosa devant le Parlement au grand complet.

Fidèle à ses promesses, le chef de l'Etat a confirmé sa volonté d'éradiquer la corruption qui a caractérisé l'ère Zuma.

"Cette année est l'année où nous allons inverser le cours de la corruption dans nos institutions publiques", a-t-il promis dans un tonnerre d'applaudissements.

M. Ramaphosa a promis d'engager le pays sur "un nouveau chemin de croissance, d'emploi et de transformation".

Parmi ses priorités immédiates, il a cité l'emploi des jeunes, dont le taux de chômage frôle les 50%. "Offrir à un nombre beaucoup plus grand de nos jeunes une place dans l'économie productive est une urgence absolue", a-t-il longuement insisté.

Il s'est également engagé à ramener la confiance des investisseurs et des marchés, qui ont sanctionné la fin du règne de Jacob Zuma par la dégradation de la note financière du pays.

A la tête de l'Afrique du Sud depuis près de neuf ans, M. Zuma, 75 ans, a été contraint mercredi soir de prendre la porte, lâché par son propre parti, le Congrès national africain (ANC).

L'arrivée de Cyril Ramaphosa suscite de fortes attentes dans une population dont la majorité vit toujours dans la pauvreté, un quart de siècle après la chute de l'apartheid.

Capture de l'Etat

En matière de corruption, le chef de l'Etat s'est réjoui de l'ouverture "prochaine", a-t-il dit, des travaux de la commission d'enquête judiciaire sur la "capture de l'Etat", qui désigne le pillage systématique des ressources publiques que son prédécesseur est accusé d'avoir couvert voire encouragé.

La famille Gupta, une fratrie d'hommes d'affaires proche de l'ex-président, en est devenue le symbole, soupçonnée de trafic d'influence, de détournement de fonds publics et de corruption de ministres.

Longtemps intouchable, elle est visée depuis cette semaine par une série d'opérations de la police. Un des frères, Ajay, introuvable, fait l'objet d'un mandat d'arrêt.

Au-delà de son premier discours, le "camarade Ramaphosa" est attendu au tournant par l'opposition, déterminée à ne lui accorder ni carte blanche, ni état de grâce.

"Nous ne pouvons pas perdre de temps pour relever les énormes défis auxquels la population est confrontée au quotidien", l'a prévenu jeudi dans l'hémicycle le chef de l'Alliance démocratique (DA), Mmusi Maimane.

"Vous ne vous débarrasserez du fléau de la corruption que si vous écartez du gouvernement tous ceux qui sont impliqués dans les affaires de +capture de l'Etat+ et tous les incompétents", lui a suggéré Narend Singh, un élu de l'Inkatha Freedom Party (IFP).

"Une chose que Cyril Ramaphosa doit absolument annoncer, c'est le limogeage du ministre des Finances", a estimé pour sa part le chef des Combattants pour la liberté économique (EFF), Julius Malema. "L'architecte de la +capture de l'Etat+ Malusi Gigaba ne doit pas présenter le prochain budget" mercredi devant le parlement, a-t-il insisté.

"Ramaphosa va probablement se débarrasser de tous les alliés de Zuma lors du remaniement, mais seulement après la présentation du budget", prédit l'analyste Darias Jonker, de Eurasia Group.



(©AFP / 16 février 2018 19h37)

 

 

 

 

 

 

 Afrique du Sud : Ramaphosa promet la fin de la corruption   

 

 

.......     Le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa a promis vendredi à son pays un "nouveau départ" et l'éradication de la corruption, dans son premier grand discours depuis la fin du règne terni par les scandales de son prédécesseur Jacob Zuma. "Nous devons mettre derrière nous toute la négativité qui a perturbé notre pays parce qu'un nouveau départ nous attend. Un fantastique départ est là", a lancé M. Ramaphosa devant le Parlement au grand complet. Fidèle à ses promesses, le chef de l'Etat a confirmé sa volonté d'éradiquer la corruption qui a caractérisé l'ère Zuma.    ..........

 

 

 

Read More

 

 

 

 

 

 


  • Le Cap - (©AFP / 16 février 2018 19h37)
  • 0 Réaction
  • 26/02/2018
  • Afrique du Sud

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Avril 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Une ex-pilote de chasse, héroïne du tragique vol New York-Dallas https://t.co/Rs2dZ9SEkO https://t.co/bAzdjgrzV1
le 18/04/2018
SÉNÉGAL: DES EXILÉS MAURITANIENS RÉCLAMENT LE DROIT DE RENTRER CHEZ EUX https://t.co/6OYyh7OMta
le 18/04/2018
Cuba : Miguel Diaz-Canel, l'homme du système qui succèdera aux Castro https://t.co/sTJaBYhUh0 https://t.co/HIs20Wxi95
le 18/04/2018
Une jihadiste française condamnée à la perpétuité en Irak https://t.co/6jCXWMhaYW
le 17/04/2018
RT @abdellah_ely: Vaste campagne de lutte contre les faux médicaments en Mauritanie. Des personnes présumées coupables ont été arrêtées alo?
le 16/04/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • online pharmacy canada levitra levitra generika 20mg eteamz.active.com file levitra.html link pharmacyonline phentermine cheap levitra generic levitra patent deutschland

    par Robertnug
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 545

    Météo

    Dimanche

    min. 12 °

    max. 26 °

    Risque de pluie

    Lundi

    min. 9 °

    max. 21 °

    Partiellement nuageux

    Mardi

    min. 12 °

    max. 22 °

    Ciel dégagé