Mali : signature de l'accord de paix à Bamako, sans les principaux groupes rebelles

 

 

 

 

Mali : signature de l'accord de paix à Bamako, sans les principaux groupes rebelles

 

 

 


Bamako - Des représentants du gouvernement malien, de mouvements armés et de la médiation internationale ont signé vendredi après-midi à Bamako l'accord de paix conclu à Alger, en l'absence cependant des principaux groupes de la rébellion à dominante touareg, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

 

 



Le document a été signé par le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, trois représentants de groupes pro-gouvernementaux, ainsi que deux membres de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, rébellion).

Mais les trois principaux groupes rebelles, Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et branche rebelle du Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) n'assistaient pas à la signature, comme annoncé.

L'accord a par ailleurs été signé par des représentants de plusieurs pays et organisations au nom de la médiation internationale : Algérie, Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Nigeria, Tchad, Union africaine (UA), ONU, Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), Organisation de la coopération islamique (OCI), Union européenne et France.

La cérémonie, qui a débuté avec une heure et demie de retard sur l'horaire annoncé, a rassemblé autour du président malien Ibrahim Boubacar Keïta une dizaine de ses homologues africains.

Parmi eux, le Zimbabwéen Robert Mugabe, par ailleurs président en exercice de l'UA, qui a longuement été applaudi par l'assistance, ainsi que le Nigérian Goodluck Jonathan, le Ghanéen John Dramani Mahama et le Rwandais Paul Kagame.

Etaient également présents des chefs de gouvernement et représentants de plusieurs autres pays, ainsi que les ex-présidents maliens Moussa Traoré et Dioncounda Traoré.

L'accord vise à instaurer une paix durable dans le nord du Mali, qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d'indépendance du pays, en 1960. En 2012, il a été transformé en sanctuaire et en base d'opérations jihadiste, jusqu'au lancement de l'opération militaire française Serval en janvier 2013.

Le texte avait été paraphé par le gouvernement malien et ses alliés le 1er mars à Alger, après huit mois d'intenses négociations. La CMA l'a paraphé jeudi, au bout de deux mois et demi de pressions et d'atermoiements, après avoir prévenu qu'elle ne viendrait pas le signer vendredi à Bamako.

 

 

 

 



Mais, deux représentants de groupes de la CMA sont venus apposer leur signature au bas du document: Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun de la Coalition du peuple pour l'Azawad (CPA) et Younoussa Touré, de la Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR2).

Dans un communiqué diffusé dans l'après-midi,, la CPA a annoncé avoir suspendu M. Ag Mohamedoun en raison de sa présence à la cérémonie de signature.

Sur le terrain, dans le nord du pays, des affrontements opposaient près de Ménaka des groupes armés pro-Bamako et ceux de la CMA, d'après une source militaire au sein de la force de l'ONU au Mali (Minusma), qui n'était pas en mesure de fournir un bilan ni de précisions sur ces heurts.



(©AFP / 15 mai 2015 20h53)
 

 

Mali : la France appelle toutes les parties à signer l'accord d'Alger

 

 

 

 

 

 


Paris - La France a appelé toutes les parties à se rallier à l'accord d'Alger pour la paix au Mali, paraphé jeudi par la rébellion à dominante touareg à la veille de sa signature à Bamako.

Le président français François Hollande salue le paraphe, à Alger, ce jour, de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

Cet accord, signé le 1er mars par le camp gouvernemental, mais pas par la rébellion, a finalement été paraphé jeudi par la rébellion à dominante touareg, qui réclame toutefois de nouvelles négociations en vue d'un accord définitif.

C'est une avancée importante, a réagi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, dans une déclaration séparée.

 

 

 



Deux ans après l'engagement français au Mali pour s'opposer à la prise de contrôle du pays par des groupes terroristes, vingt mois après l'élection du président et de l'Assemblée nationale malienne, c'est une nouvelle étape décisive pour le développement, la paix et la sécurité de tout le Mali, a-t-il estimé.

Le président Hollande a en outre félicité la médiation algérienne qui a mené ce processus depuis de nombreux mois, ainsi que l'ensemble des pays et des organisations internationales qui y ont pris part.

 

 



Le chef de l'Etat français salue l'esprit de paix et de réconciliation du gouvernement malien et du président de la République du Mali, Ibrahim Boubakar Keita. Il se félicite de l'engagement pris par les différents groupes armés maliens à renoncer à la lutte armée et à s'engager dans la réconciliation, poursuit le communiqué de l'Elysée.

Le Président de la République appelle toutes les parties à signer cet accord et à le mettre en oeuvre de manière sincère. La France se tiendra aux côtés du Mali et de l'ensemble de ses partenaires internationaux pour en garantir la réussite, conclut-il.

L'accord de paix malien doit être signé officiellement vendredi à Bamako, en présence annoncée d'une dizaine de chefs d'Etat ou de gouvernement.

Le texte prévoit la création d'assemblées régionales mais, comme le souhaitait Bamako, n'envisage ni autonomie, ni fédéralisme.

Le nord du Mali est tombé au printemps 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été dispersés et partiellement chassés de cette zone par une opération militaire internationale déclenchée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et toujours en cours. Mais des zones entières échappent encore au contrôle du pouvoir central.



(©AFP / 14 mai 2015 16h48)

 

Mali : la rébellion paraphera jeudi l'accord d'Alger

 

 

 

 


Alger - La rébellion à dominante touareg du nord du Mali paraphera jeudi à Alger l'accord pour la paix et la réconciliation du 1er mars, a confirmé mercredi le ministère algérien des Affaires étrangères.

Je confirme que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, rébellion) paraphera jeudi l'accord d'Alger, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère, Abdelaziz Benali Chérif.

Un responsable rebelle et une source de sécurité régionale avaient indiqué mardi à l'AFP à Bamako que des délégations des groupes de la CMA se rendraient mercredi à Alger pour parapher en principe cet accord, malgré les violations répétées du cessez-le-feu depuis le 27 avril.

Une source au sein de la médiation internationale à Bamako a précisé mercredi à l'AFP que les délégations étaient attendues dans la soirée à Alger, de même que le chef de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), Mongi Hamdi.

L'accord, qui doit être signé officiellement vendredi à Bamako en présence d'une dizaine de chefs d'Etat et de gouvernement, le sera par le gouvernement malien et ses alliés et probablement par deux des cinq groupes de la CMA, a indiqué cette source.

Le document a été paraphé à Alger le 1er mars par le camp gouvernemental mais pas par la rébellion qui, après avoir consulté sa base, avait indiqué ne pas pouvoir l'avaliser en l'état.

Dans un communiqué publié tôt mercredi, la CMA rappelle avoir réclamé en vain des amendements, mais s'être résolue à accepter lors de discussions le 26 avril avec M. Hamdi de parapher le document avant l'ouverture de discussions intermédiaires entre la période qui sépare le paraphe et la signature.

Elle ne peut que déplorer les blocages actuels qui sont dus à l'entêtement du gouvernement malien à vouloir imposer un plan de règlement qui ne bénéficie pas du soutien et de l'adhésion des populations de l'Azawad et qui comporte en lui les germes d'une nouvelle déflagration et d'une escalade, selon le texte, excluant implicitement une signature vendredi.

Les ministres algérien et français des Affaires étrangères avaient appelé mardi à cette signature dans l'intérêt de la paix au Mali et dans la région, selon Laurent Fabius, qui s'exprimait à Alger avec son homologue algérien Ramtane Lamamra.

 

 

 

 

 



Le texte prévoit la création d'Assemblées régionales dotées de pouvoirs importants, élues au suffrage universel direct, mais, comme le souhaitait Bamako, ni autonomie ni fédéralisme et ne reconnaît l'Azawad, nom par lequel les rebelles désignent le nord du Mali, que comme une réalité humaine, sans contenu politique.

La CMA réclame la reconnaissance officielle de l'Azawad comme une entité géographique, politique et juridique, la création d'une assemblée interrégionale couvrant cette zone, et un quota de 80% de ressortissants de l'Azawad dans les forces de sécurité.



(©AFP / 13 mai 2015 18h24)

 


  • Bamako - (©AFP / 15 mai 2015 20h53)
  • 0 Réaction
  • 15/05/2015
  • Mali

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Gaye Silly SOUMARE (1930 ? 2012) Un acteur majeur de la construction nationale s?est éteint - Ciré BA et Boubacar? https://t.co/ui9aeC8fjj
le 17/10/2018
Détentions arbitraires des migrants Sénégalais : l?ONG ADHA interpelle la Mauritanie et appelle à la cessation d?au? https://t.co/i9IiPTah7U
le 17/10/2018
RT @benja_roger: #Burkina : un monument élevé à la mémoire de Thomas Sankara à Ouagadougou https://t.co/6boAgjIh08 #lwili
le 17/10/2018
Décès du milliardaire américain Paul Allen, co-fondateur de Microsoft https://t.co/gcsrSvnbQg
le 17/10/2018
Remaniement ?: Christophe Castaner nommé ministre de l'Intérieur? https://t.co/8aohDRXqcH https://t.co/VhYMsQSpvT
le 16/10/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • nice [img]http://www.odh-mauritanie.com/uploaded/logo/banniere-ocvidh-mauritanie-879.jpg[/img] cool

    par Akila
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Galerie photos (5940)

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 18

    Météo

    Jeudi

    min. 9 °

    max. 21 °

    Ciel dégagé

    Vendredi

    min. 8 °

    max. 21 °

    Ciel dégagé

    Samedi

    min. 7 °

    max. 18 °

    Partiellement nuageux