Une fatwa pour Charlie hebdo

 

 

 

 

Une fatwa pour Charlie hebdo

image manquantePour les 20 ans de sa formule, Charlie-Hebdo sort un album récapitulatif et une ‘’pétition de soutien’’. A Marseille, dédicaces et débat sur la presse satirique où son directeur est rattrapé par la polémique. 

Officiellement ce samedi 6 octobre, l'Alcazar (Bibliothèque de Marseille) abrite une table ronde pour fêter la centième parution du Ravi, satirique local. Mais le responsable, Christian Laget, tient à excuser la venue de Charb, directeur de Charlie-Hebdo : “ceci n'est pas un débat sur les caricatures de Mahomet ou Charlie-Hebdo”.



On paie pour travailler



Pour fonder la bienvenue préventive de son hôte, l'animateur improvise un exorde dialectique dans le vif du sujet : “ à la fin d'un débat de l'association Anticor qui est très informée sur la vie de la cité, le constat fut sans appel : les journalistes ne font pas leur boulot et la profession est détestée par les Français”. Salariée de l'exsangue Marseillaise et membre de Presse Papier (collectif de pigistes), Marjolaine Dihl renchérit : “ Nous subissons trop de pressions psychologiques et économiques pour bien faire notre métier. Les pigistes sont sous-payés et vivent de “ménages” dans la communication”. Kiosquière locale, Catherine Pietragala désigne le diffuseur historique dont l'impérium remonte à la libération et les jours se comptent au Tribunal de commerce : “ Presstalis (ex-NMPP) nous encombre de titres. Une fois, j'ai eu le malheur de vendre 8 exemplaires du Magazine Actuel. Depuis j'en reçois le double alors que j'en vends deux. Mon frère a cédé une maison pour sauver le kiosque qui ne le nourrit pas. Moi, j'ai déjà mangé ma trésorerie et je ne me paye pas depuis six mois. On paie pour travailler. Je vais porter plainte”. 



Canard enragé 

 


Le rédacteur en chef du Ravi, Michel Gairaud, n'avait plus qu'à déployer les ailes chétives de son canard enragé : “ c'est notre 9ème année dans une société qui communique plus qu'elle n'informe. Sans autre aide de l'Etat que le même tarif postal que Gala et Voici. On veut bien d'une publicité culturelle mais la publicité ne veut pas de nous. Alors nous nous sous-payons. Notre centième révèle aussi que le Groupe Hersant brade les quotidiens locaux. Même l'audiovisuel public régional subit le chaos général”. Pour signer le glas funèbre de la presse satirique, l'expertise de Charb fut requise : “l'avenir des journaux-papier est compromis. Leurs magnats financiers et industriels s'en foutent. La Une de Libération sur Bernard Arnault lui a coûté 800 000€ de publicité. Charlie appartient à ses salariés. En touchant cinquante centimes par exemplaire vendu, nous payons tout le monde. Sans recours à la publicité, nous sommes à l'équilibre. Mais on disparaîtra comme les autres. Soit : payés ou pas, on continuera à s'exprimer”. Verdict unanime : l'unique valeur sûre, c'est le lecteur ! 



Spectacle vivant



Charb eut juste le temps d'évoquer la pétition de soutien à son journal. Une paire d'indignés lui arrache la parole pour tempêter contre les caricatures de Mohamed. A tartufferie préméditée, échanges abscons: “je ne suis pas musulman, je suis pédé. Je trouve honteux que vous vous attaquiez aux pauvres minorités musulmanes”. Le dessinateur répondit sur le mode éditorial de son intraitable rédaction: “Moi, je n'ai rien contre les musulmans. Ils ne m'ont fait qu'un procès. Les Cathos et les fachos, quatre. Donc, je ne te dis pas d'aller te faire enc...ça va te faire plaisir”. La brigade du noble prophète fut d'une prouesse ésotérique : “chiche que tu m'enc...devant tout le monde pour faire de la vraie provocation”. A l'arrivée, cet autre djihad phallique n'aura pas ébranlé la table ronde. Le râle des plumes satiriques put pénétrer la salle réceptive. Pâle cliché de l'Alhambra, le palais du livre reprit de sa superbe légendaire. Sous le Roi-Soleil, l'église de la Congrégation du Saint Homme bon l'illuminait de ses “conversions turques”. Devenu auberge à la Révolution, l'Alcazar fut surtout un temple mythique du spectacle vivant...Avant de se réincarner en bibliothèque atypique. 



Hirondelle bête et méchante 



La séance de dédicaces au Café équitable fut moins lubrique. Croulant sous son cortège de colosses antiterroristes qui ont déjà déjoué deux menaces criminelles, le pacifiste Charb jure qu'il n'a “pas de problème avec les milliers de musulmans sympas qui l'inondent de lectures sur leur prophète”. Dans ce monde sevré d'idéal où la judiciarisation des passions condamne le clown au sérieux, tout muslim sincère lui doit une fatwa sertie de perles coraniques: “si les ignorants leur cause, ils disent : PAIX!”(XXV,63). “Riposte de la meilleure façon et ton ennemi devient un ami intime (XLI,34)”. “Il se peut que vous détestiez une bonne chose pour vous(II,216)”. “Dieu fortifie cette religion par l'homme impie” atteste le prophète. Et si le seul crime de Charlie était de soumettre nos démocraties islamistes à “l'exception d'irresponsabilité” qui rend les libertés... responsables et publiques? Un genre d'épouvantail pour les fous de Dieu qui volent aux hirondelles leurs printemps. Une hirondelle “bête et méchante”, ça existe ? Seul Dieu sait! 
Cheikh Touré 


Entretien avec Charb, directeur de publication de Charlie-Hebdo : “ il faut cesser d'avoir peur de l'islam”



Comment va un homme de gauche accusé d'islamophobie et de haine des classes populaires ? 

Je n'ai aucun souci de conscience. C'est nouveau pour moi d'être confronté aux islamistes qui, à mes yeux, n'existent pas vraiment. C'est juste un concept fasciste pour véhiculer la peur de l'islam. J'ai plus de chance d'être écrasé par un vélo qu'abattu par un islamiste. Toutes ces cellules terroristes sur-médiatisées ne représentent rien. Même les crimes de Mohamed Merah sont minimes pour détruire notre société. Le vrai mal, c'est la peur. La peur de tout un système qui a peur et fait peur aux gens. Notre rôle de journalistes, c'est de ne pas avoir peur. Ce qui me pèse vraiment, c'est la sécurité policière et la violence qu'elle implique. Charlie Hebdo est un journal de clowns qui se moquent de l'ordre. Etre protégé par les forces de l'ordre, ce n'est pas notre tasse de thé. Mais si je suis si protégé, c'est qu'il y a un risque. 

 


Que répondez vous à ceux qui trouvent que Charlie est devenu islamophobe sous Philippe Val ? 



On nous sort Val à chaque fois qu'on veut nous attaquer. Ce qui a délégitimé Val, ce n'est pas son discours sur l'islam mais son rapprochement avec Sarkozy et la droite. Moi, je ne suis pas d'accord avec lui sur le Kosovo, Israël, Sarkozy... 



Pourtant vous continuez à vous en prendre à Mohamed ? 



J'étais d'accord sur les caricatures de 2006. A Charlie, les journalistes suivent l'actualité, proposent des dessins et la rédaction décide. “Intouchables 2” n'était pas mon choix. J'avais opté pour un dessin de Luz qui revisitait la célèbre scène du film de Godard (Le Mépris) où l'on vante les fesses de Brigitte Bardot. L'équipe a jugé que Godard ne parlait pas assez aux musulmans et mon dessin fut propulsé à la Une. D'ailleurs, ce dessin ne représentait pas Mahomet. Plein de potes musulmans très croyants ou non - surtout mes amis palestiniens - ont trouvé que les réactions sont excessives. 



Même les journalistes et les hommes politiques vous lâchent sur ce coup... 



J'estime qu'il nous suffit d'être soutenus par la loi. Mais il est vrai que certaines émissions ont été annulées par des gens qui ont peur de s'afficher. D'autres sont maintenues parce que des journalistes se battent pour cela. Pourtant, moi, j'accepte d'être condamné. Et je l'ai été à juste titre quand j'ai dessiné un ministre de la fonction publique dans la peau d'un officier nazi pour illustrer ses propos droitistes contre les employés qu'il voulait licencier massivement. 



Dans ces conditions, votre pétition ne manquerait-elle pas de légitimité ? 



Cette pétition part d'un constat sur la société française qui est fracturée en deux. Y compris au sein de son gouvernement de gauche. Fabius nous condamne et Peillon nous soutient. Chez les écolos, Cohn-Bendit nous traite de cons et on n'entend pas les autres. A l'extrême, Besancenot nous tire dessus et Poutou nous soutient. Comme nous avons reçu des milliers de messages de sympathie, il fallait permettre aux gens de s'exprimer à la face du monde. 

 


Votre pétition est traduite en arabe. Comptez-vous la promouvoir en terre d'islam ? 



Les politiques et les médias donnent des musulmans une image insultante et rétrograde. Nous voulons leur donner la possibilité de signer en leur propre nom. Bien sûr que j'aimerai me rendre dans les pays musulmans, mais cela dépend de ma sécurité et des lois locales. Il y a un service d'évaluation distinct de ma garde rapprochée qui mesure le niveau de protection. Après l'incendie du journal, j'ai dû signer une décharge pour aller en Malaisie contre l'avis du service. 



Parlons chiffres : combien de signatures et d'exemplaires vendus du numéro polémique ? 

 


La pétition a atteint 10000 signatures en une semaine, c'est pas mal. A Charlie, nous n'avons jamais rien changé à nos habitudes. Nous tirons à 70000 exemplaires pour 45000 ventes. L'argument commercial est un mauvais procès qu'on nous fait. Sinon on aurait tiré et vendu bien plus que les 200 000 exemplaires du numéro en question. 



Que savez-vous au juste du prophète que vous avez caricaturé ? 



J'ai lu la biographie établie par Maxime Rodinson. Mais je veux que Mahomet soit aussi connu et familier que Jésus. Quand je dessine Jésus marchant sur l'eau, tout le monde comprend. Avec Mahomet, cela devrait être possible et utile. 

 


A quand la prochaine caricature de Mohamed ? 



Ce n'est pas une obsession. Si j'ai un leitmotiv, c'est la laïcité et la volonté que les gens cessent d'avoir peur de l'islam. Marre de tous ces chiffres sur le nombre de musulmans en France qui attisent la peur. J'ai des potes recensés qui s'en foutent de l'islam. Ce n'est pas hors-la loi d'être musulman radical. Ce qui est hors-la loi, c'est de poser des bombes. 



Comptez-vous reparler de l'islam et son prophète ? 



Moi, je parlerai sans doute de l'islam, mais sans polémique. A Charlie, tout dépend des dessinateurs et de l'actualité. Nous sommes un journal irresponsable. Le seul critère, c'est qu'on rigole. Si cela nous fait marrer... 

 


A votre contact, j'ai subi des offensives sataniques. Avez-vous une protection contre le diable ? 



Non, je n'ai pas de main de Fatma. Mais je sais qu'il suffit de réciter quelques versets du coran pour terrasser Satan. 

Propos recueillis par Cheikh Touré via le Calame  

 

 

 


  • Propos recueillis par Cheikh Touré via le Calame
  • 0 Réaction
  • 12/11/2012

Réagir


  • CAPTCHA

Espace Membre

Calendrier

« Juin 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de O.D.H Mauritanie



Twitter

Les Flam interpellent les Chefs d?Etat et de Gouvernement participant au 31ème sommet de l?Union africaine de Nouak? https://t.co/Ni4OJ67tqI
le 25/06/2018
Japon-Sénégal (2-2) : les Blue Samurais et les Lions de la Teranga se neutralisent https://t.co/PIuWzupP3l
le 24/06/2018
RT @LeHuffPost: Ruquier à Dupont-Aignan: "Vous êtes pire que madame Le Pen!" https://t.co/1wZ2bAkem1
le 24/06/2018
RT @GayeBaydi: @odhmauritanie Pourquoi pas le Nigeria
le 24/06/2018
RT @LeHuffPost: Il fallait "accueillir d'abord" et étudier les situations des migrants de l'Aquarius "ensuite", pour le Défenseur des droit?
le 24/06/2018

Livre d'or

  • Dernier message :

  • erectile assistance http://toperectiledysfunctionpills.com/ - erectile pills do erectile pills work erectile dysfunction remedies - toperectiledysfunctionpills.com toperectiledysfunctionpil...

    par erectile means
  • Aller sur le livre d'or →

Rechercher sur le site

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 3

    Météo

    Lundi

    min. 14 °

    max. 26 °

    Partiellement nuageux

    Mardi

    min. 14 °

    max. 28 °

    Ciel dégagé

    Mercredi

    min. 17 °

    max. 29 °

    Ciel dégagé